Windows 7, c’est bientôt fini. Enfin, presque. Microsoft avait commercialisé pour la première fois cette version de son système d’exploitation en 2009. Et normalement, la multinationale aurait dû stopper le support en janvier 2020: plus aucune mise à jour ni correctif de sécurité n’aurait dû être proposé. Rien d’anormal à cela: tous les systèmes d’exploitation, que ce soit sur ordinateur ou smartphone, ont une durée de vie limitée.

Sauf que le cas de Windows 7 est un peu particulier. Car Microsoft a constaté que cette version équipait encore de très nombreuses machines de vote, notamment aux Etats-Unis. Or dans un peu plus d’un an se déroulera une certaine élection présidentielle américaine… La société a donc décidé de faire un geste et d’étendre pour les entreprises jusqu’à la fin de 2020 le support à Windows 7, afin d’éviter tout couac informatique.

Lire aussi: Infomaniak s’attaque à Google et Microsoft

Après ce délai, entreprises et PME pourront tout de même disposer d’un soutien de sécurité, mais il sera alors payant. Quant aux particuliers, ils doivent déjà à tout prix migrer vers des versions plus récentes de Windows, sous peine de prendre de gros risques avec leur sécurité. Et cela concerne beaucoup de monde: encore aujourd’hui, pas moins de 30% des ordinateurs équipés de Windows tournent avec la version 7.