Technologie

Drones: SenseFly change de directeur et veut accélérer sa croissance

Le fabricant de drones basé à Cheseaux (VD) a un nouveau directeur, Gilles Labossière. L’homme est déjà directeur opérationnel de Parrot, la maison mère de SenseFly

En Suisse, qui dit drones dit SenseFly. La société, fondée en 2009, est l’une de celles qui ont permis à la Suisse romande, et en particulier à la région lausannoise, de devenir un centre mondial pour les drones, avec la création ensuite de dizaines de start-up actives sur ce marché. Basée à Cheseaux-sur-Lausanne, l’entreprise, qui fabrique environ 150 machines professionnelles par mois, possède depuis mercredi un nouveau directeur. Jean-Christophe Zufferey, cofondateur de l’entreprise, en cède la tête à Gilles Labossière, actuel directeur opérationnel de Parrot.

Lire aussi: La Suisse devient un centre mondial pour les drones

Parrot et SenseFly possèdent déjà des liens étroits. Le groupe français, initialement spécialisé dans les drones grand public, avait acquis la start-up vaudoise en 2012 pour 5 millions de francs. Parrot avait entamé des collaborations avec sa filiale – en élaborant son modèle Disco sur la base du modèle professionnel de SenseFly –, mais avait laissé la société se développer à Cheseaux. Cette dernière conçoit des drones utilisés par des cartographes, des géomètres ou des agriculteurs.

Deux jours par semaine

Forte aujourd’hui de 140 employés, SenseFly doit entrer dans une nouvelle ère, affirme Gilles Labossière: «Il y a six semaines, Jean-Christophe Zufferey nous a dit qu’il souhaitait quitter l’entreprise. Cela tombe au moment où nous entrons dans une troisième phase de l’histoire de l’entreprise, le timing est donc bon.» L’homme, qui va cumuler les fonctions de directeur opérationnel de Parrot (trois jours par semaine) et directeur général de SenseFly (deux jours) assure que le cofondateur n’a pas été poussé vers la sortie. «Il n’y a aucun souci entre nous, Jean-Christophe Zufferey part de son plein gré et n’est pas en désaccord avec la stratégie du groupe.» Dans un communiqué, ce dernier affirme qu’il «quitte la société immensément fier de ce que [leur] équipe a accompli».

Lire aussi: Comment le suisse SenseFly a inspiré le drone Disco de Parrot

Lorsque Gilles Labossière parle de «troisième phase» pour SenseFly, il entend une accélération de sa croissance. «La société a été une start-up, nous avons accompagné son développement et il faut désormais que les choses s’accélèrent. Nous allons augmenter les synergies avec Parrot et faire davantage profiter SenseFly de notre puissance mondiale.»

Croissance d’au moins 35%

Selon les résultats publiés en mars par Parrot – le groupe est coté en bourse –, SenseFly a vu son chiffre d’affaires progresser de 44% en 2017. «Il s’est élevé à environ 25 millions de francs, complète Gilles Labossière [celui de Parrot s’est élevé à 152 millions d’euros, ndlr]. Il faut que SenseFly croisse d’au moins 35% par an, c’est un minimum dans une industrie qui explose.»

Le nouvel homme fort de la société suisse promet qu’il ne touchera pas aux emplois à Cheseaux. «C’est hors de question et cela n’a jamais été discuté, assure Gilles Labossière. Notre filiale demeurera en Suisse et y poursuivra son développement, il n’y aura pas de délocalisation. Au contraire, une plus forte intégration dans notre groupe lui permettra de devenir plus grande.»

L’ombre du chinois DJI

Reste une question: dans quelle mesure sa filiale permettra-t-elle à Parrot de redresser la barre? En 2017, le groupe français a affiché une perte nette de 38 millions d’euros, après en avoir perdu 138 l’année précédente. En 2017, Parrot, qui comptait 1080 employés, en a licencié 290 et a annoncé que les drones professionnels devenaient plus importants pour lui. Car Parrot souffre de la concurrence du chinois DJI sur le marché des appareils grand public.

«DJI possède 70 à 80% du marché, reconnaît Gilles Labossière, mais il cite Parrot comme son concurrent principal, ce qui est encourageant. Nous allons continuer à produire des drones grand public et des appareils professionnels. Les premiers constituent des volumes importants, les seconds sont les dérivés des premiers pour des marchés de niche. Ils sont complémentaires et nous ne changeons pas de stratégie.»

Rien ne change pour Pix4D

A noter que Parrot possède aussi la société lausannoise Pix4D, spécialisée dans les logiciels de cartographie. Aucun changement n’est attendu pour cette société, assure le nouvel homme fort de SenseFly.

Publicité