Le fabricant américain de cigarettes électroniques Juul est accusé d'avoir ciblé les adolescents dans sa stratégie marketing et de leur avoir vendu ses produits. Il a annoncé, mardi, avoir conclu un accord majeur clôturant plus de 5000 plaintes intentées par 10 000 personnes.

Lire aussi: Juul, quand l’addiction confine à l’absurde

«Juul Labs a conclu des accords avec les plaignants», indique le groupe dans un communiqué, sans toutefois pouvoir en préciser les détails. Un «financement en actions» a été sécurisé pour financer cette opération, est-il indiqué.

L'entreprise souligne que la résolution est «mondiale» et couvre des plaintes visant «Juul Labs et ses dirigeants et administrateurs», qui avaient été regroupées devant un tribunal de Californie. Certaines avaient été déposées pour préjudice corporel, d'autres dans le cadre d'actions collectives de consommateurs, ou encore par des entités gouvernementales ou tribus amérindiennes.

«Ces règlements représentent une étape majeure vers le renforcement des opérations de Juul Labs et la sécurisation de la voie à suivre par l'entreprise pour remplir sa mission de transition des fumeurs adultes loin des cigarettes combustibles tout en luttant contre l'utilisation par les mineurs», assure l'entreprise.

Des accords conclus avce les Etats

L'entreprise est visée par une flopée de plaintes et fait également face à la décision des autorités sanitaires américaines qui ont interdit en juin la vente de cigarettes électroniques dans le pays, décision temporairement levée par une cour d'appel de Washington.

Juul a, ainsi, récemment annoncé un plan de restructuration avec des licenciements, et devrait pouvoir éviter la faillite grâce à l'apport de capitaux de la part d'actionnaires.

Lire encore: L'entreprise de cigarettes électroniques Juul devrait supprimer 500 emplois 

L'entreprise américaine rappelle qu'«au cours de l'année écoulée», elle a «conclu des accords avec 37 Etats et territoires», et assure poursuivre les «discussions avec d'autres parties prenantes clés pour résoudre les litiges restants». Plusieurs accords ont en effet été annoncés ces derniers mois, dont un en septembre avec 34 Etats ou territoires des Etats-Unis, et portant sur un dédommagement de 438,5 millions de dollars.