Un parcours sans embûches. Pourtant, à 47 ans, Maurice Pasquier a la réussite modeste. Parti d'économies personnelles voilà cinq ans, il a mis sur pied un petit groupe florissant dans l'emballage, PQH Holding, à Fribourg. Toutes les sociétés détenues à 100% par la holding - Plaspaq à Broc, Cafag à Fribourg et Walke à Herisau - ont réalisé l'an dernier un chiffre d'affaires de 40 millions de francs cumulé avec quelque 200 collaborateurs. Cet entrepreneur fribourgeois ambitionne de doubler les ventes d'ici à cinq ans.

Mais comment cet ingénieur mécanicien de formation est-il devenu un entrepreneur averti et insatiable? Après avoir fait ses armes chez Ciba, Maurice Pasquier a dirigé et restructuré Sarnatech-Amman à Broc avant d'en prendre possession via un management buyout en 2000. «Sarna voulait croître dans l'injection plastique pour l'automobile et souhaitait se séparer de son secteur emballage», explique-t-il. Il prend alors les choses en main et devient l'actionnaire unique grâce à Sarna, qui lui offre des conditions intéressantes. «Je dois également une fière chandelle à la Banque Cantonale de Fribourg, sans laquelle l'aventure n'aurait pas pu démarrer.»

Sarnatech-Amman est alors rebaptisée Plaspaq. Après l'injection plastique - l'usine de Broc fabrique par exemple une partie de l'emballage controversé des chocolats Cailler -, PQH a racheté Cafag, spécialisé dans le cartonnage et Walke à Herisau, actif dans les emballages papier. «Toutes ces entreprises étaient un peu dépassées, que ce soit du point de vue du management ou des infrastructures. Elles manquaient d'anticipation.»

Projets d'acquisitions

Maurice Pasquier ne veut pas commettre la même erreur. Ni se profiler sur des marchés de masse qui nécessite obligatoirement une production à l'étranger. «Il y a plus d'une quinzaine de grands concurrents qui fabriquent des boîtes pliantes pour la pharma, glisse-t-il à titre d'exemple. Rien ne sert de se battre.» Mais cela ne l'empêche pas d'être réactif. Pour faire face à l'énorme demande du secteur pharma justement et rivaliser avec les grands, PQH a cédé au groupe allemand Süd-Chemie cette activité de la société Plaspaq, en conservant une participation de 49% et en assurant la direction des opérations à venir.

Au fil des ans, la holding s'est structurée. Les activités financières, des ressources humaines, d'IT et la direction industrielle ont été centralisées. Et les projets ne sont pas terminés. «Nous manquons de place sur le site de Broc. Nous devons bâtir rapidement un nouveau site dans le canton de Fribourg», annonce Maurice Pasquier. Surtout qu'une croissance interne de 10% est attendue cette année. Et le Fribourgeois étudie d'ores et déjà de nouveaux projets d'acquisition. Il envisage également d'ouvrir le capital de sa holding ces prochaines années.