Dans l'ombre des géants Facebook et MySpace, des sites tentent d'émerger. Raphaël Briner, cofondateur de la société Electronlibre, basée à Lausanne, a développé durant un an le site Hyperweek.com, destiné à partager du contenu. Cette semaine, le projet Hyperweek a été récompensé par la TSR qui lui a remis le prix «Pacte Multimédia» (40000 francs), visant à encourager l'innovation dans les technologies de l'information.

A quoi sert Hyperweek? «C'est une plateforme où chacun peut partager du contenu, que ce soient des photos ou des documents, explique Raphaël Briner. L'on peut créer son espace personnel, participer à des discussions, et ce avec un maximum de liberté.» Au niveau graphique, la panoplie des possibilités est impressionnante - et il faut un moment pour saisir la richesse du site.

Hyperweek compte quelques centaines de membres. Son utilisation est gratuite. Raphaël Briner espère vendre sa solution à des groupes de médias ou à des organisations non gouvernementales pour partager du contenu.

Deux autres projets ont été récompensés par la TSR: Poken, une sorte de carte sociale électronique, et Memorando, un projet multimédia sur l'histoire.