»2009 a été une année de transition et de forte mutation, marquée par l’alliance avec Tamedia et par la forte crise qui a frappé les médias», a expliqué lundi Pierre Lamunière, le président du conseil d’administration. Le chiffre d’affaires, sans les activités suisses peu à peu cédées à Tamedia, s’élève à 178,6 millions (-40,7%).

Si on inclut les activités abandonnées, comptabilisées séparément, les recettes «pro forma» s’établissent à 542 millions (-26,6%). Le résultat net des activités poursuivies ressort à -29,6 millions, contre un gain de 16,1 millions en 2008. Au final, la perte du groupe s’élève à 32,3 millions (30,4 millions de bénéfice en 2008).

Retour aux bénéfices attendu pour 2010

Cette perte doit être «relativisée», a dit Pierre Lamunière. Des éléments exceptionnels, notamment des charges de restructuration, ont alourdi l’exercice 2009 pour près de 47 millions. Le cash flow opérationnel est resté positif (1,1 million). Et un retour au bénéfice est attendu dès le premier semestre 2010.

Le «nouveau» groupe réalise désormais les deux tiers de ses ventes en Europe de l’Est: en Ukraine, Russie, Roumanie et Pologne, où Edipresse est leader de la presse magazine people et féminine. Sa place en Asie est encore «modeste», mais c’est une «intéressante plateforme pour notre croissance future», a dit Pierre Lamunière.

Edipresse va renforcer ses activités dans l’immobilier, un secteur plus stable que «la volatilité inhérente au domaine des médias», a poursuivi M. Lamunière. Le groupe veut mettre en valeur son parc immobilier, d’une valeur comptable de 165 millions de francs. Et de nouvelles acquisitions sont prévues.

Une fusion bien engagée

Edipresse et Tamedia ont finalisé vendredi la première étape de leur fusion. Le groupe zurichois a racheté pour 225 millions une première tranche de participation de 49,9% dans la société PPSR, qui détient l’essentiel des activités d’Edipresse en Suisse. Début 2011, Tamedia achètera 0,2% supplémentaire de PPSR, puis les 49,9% restants début 2013.

L’intégration de PPSR dans Tamedia a «très bien commencé», a commenté Pierre Lamunière. «20 Minutes», le journal gratuit fusionné avec «Le Matin Bleu», est «devenu opérationnellement profitable». En 2010, les principaux quotidiens suisses du groupe seront «en chantier» dans le but d’améliorer leur contenu.

Le conseil d’administration a décidé la mise en place d’un programme de rachat d’actions propres de l’ordre de 30 millions de francs. Edipresse dispose désormais de sa propre régie publicitaire, Edipub, qui «fonctionne très bien», a expliqué Tibère Adler, directeur général.

Publigroup

PubliGroupe a pour sa part annoncé lundi la vente de sa participation de 19,9% dans Edipresse; 17,9% seront repris d’ici le 25 mai par Lamunière SA, actionnaire majoritaire du groupe vaudois.

La cession s’inscrit dans la politique générale de PubliGroupe de se séparer des participations dans l’édition qu’il ne considère plus comme stratégiques. La transaction aura un impact positif de 15,3 millions sur les comptes de résultats 2010 de PubliGroupe.