La hausse des marges des sociétés d'électricité et de gaz ainsi que le niveau élevé des dividendes se traduisent par une excellente performance pour EIC Energy Utility Fund, un fonds de placement lancé en juin 2003 par EIC Partners, indique Dominique Candrian, cogérant, lors d'une présentation à Zurich. A fin octobre, il gagne 19,7%, ce qui dépasse l'indice de référence, le MSCI World Utilities Index (+14,9%), avec une volatilité inférieure.

Le rendement direct sur les dividendes joue un rôle primordial dans les décisions du gérant. Il s'élève à un excellent 3,7% cette année en moyenne du secteur, ce qui le rend le plus attractif du MSCI Index. A l'avenir, EIC Partners, qui gère également une société de private equity, EIC Electricity, continuera à privilégier les actions de sociétés susceptibles d'augmenter leur taux de versement du dividende (payout ratio). Il existe une forte corrélation entre le multiple du bénéfice (PER) et le rendement du dividende. Cela signifie que l'investisseur est prêt à payer davantage pour une entreprise qui verse la plus grande part de son dividende aux actionnaires.

Le gaz naturel en disgrâce

La faible volatilité tient pour sa part à la bonne visibilité de l'offre et de la demande. Aujourd'hui, 85% de la production d'électricité européenne pour l'année 2005 est déjà vendue, explique l'expert zurichois issu d'ABB Energy Ventures. Ainsi il est aisé d'anticiper une nouvelle augmentation des marges des sociétés pour 2005. En Allemagne, elle devrait atteindre 33% pour le nucléaire, 10% pour le charbon et 27% pour l'hydroélectrique.

L'environnement réglementaire joue également un rôle clé. Il devrait rester favorable en Europe car les libéralisations ne peuvent réussir que si les conditions sont favorables aux investisseurs. L'argent prélevé dans le public pourrait atteindre 33 milliards d'euros ces prochains mois.

Aux Etats-Unis, les conditions-cadres sont identiques. Les prix sont à la hausse. Mais pour 2005 l'expert distingue clairement entre les secteurs privilégiés, le charbon et le nucléaire, et celui qui devrait souffrir d'une baisse des marges, le gaz naturel. Après une célèbre coupure d'électricité pour 50 millions de personnes, qui a coûté entre 5 et 10 milliards de dollars, les Etats-Unis ont compris la nécessité de créer les incitations favorables à l'investissement. Les bénéfices devraient également augmenter.

Intérêt pour l'Asie

Les gérants de ce fonds de 15 millions de francs d'actifs, dont la banque de dépôts est AIG Fund Management, ont décidé d'investir progressivement en Asie, par l'intermédiaire de quatre sociétés. Les investissements réalisés dans cette région sont en effet impressionnants. En Chine, l'augmentation des capacités se monte à 44 gigawatts en 2004, soit plus de deux fois les capacités existantes en Suisse. Mais pour l'heure, les principales positions sont occidentales: Eon, Enel, BKW, PPL et Entergy.