Les bourses européennes abordent les résultats partiels du scrutin présidentiel américain dans l’attentisme. Comme ailleurs, elles réalisent que la vague bleue prévue par les sondages n’a pas eu lieu et que c’est l’incertitude qui s’installe. La veille, les principales places financières avaient clôturé en fanfare dans l’espoir d’un résultat électoral clair en faveur du candidat démocrate Joe Biden.

Lire aussi: Les marchés excluent une vague bleue

Selon John Plassard, directeur adjoint de la banque Mirabaud, à Genève, c’est la volatilité qui va marquer la journée de mercredi. Plus tôt en Asie, les bourses ont tendu vers une hausse, sauf celles de Shanghai et d’Hongkong. Ces dernières ont été plombées par la décision prise la veille par Pékin de suspendre l’entrée en bourse d’Ant, le mastodonte chinois du paiement en ligne.

«Les bourses chinoises ont fini par envisager une éventuelle victoire du président sortant Donald Trump, fait remarquer John Plassard. Dès lors, elles ont augmenté les pertes, sachant que les relations économiques et commerciales avec une nouvelle administration Trump pourraient se détériorer davantage.»

Relations transatlantiques houleuses

«C’est le même sentiment qui anime les places financières européennes, poursuit John Plassard. Les relations transatlantiques ont été houleuses ces quatre dernières années.» Et d’ajouter: «Avant l’ouverture, les bourses européennes tendaient vers une baisse. On peut imaginer qu’elles seront volatiles pendant la journée, voire ces prochains jours, dans l’attente des résultats définitifs.»

«Le dollar parie sur Donald Trump, relève encore John Plassard. On a affirmé que si Donald Trump était élu, cela redonnerait de la vigueur au billet vert. C’est actuellement ce qui est en train d’arriver, car le dollar est en hausse ce matin face à un panier de devises international.»

Retrouvez notre suivi en continu de l’élection américaine

Aux Etats-Unis, les bourses ont également admis que la vague bleue n’était plus de mise. Cette éventualité était même saluée par les futures au Nasdaq, dont les opérations ont même été suspendues à la suite d’une hausse momentanément fulgurante.