Avec Jacques Müller, ce fils d’horloger a donné naissance à la Swatch au début des années 1980. Considéré comme un serial inventeur, Elmar Mock quitte l’horlogerie en 1986 pour fonder à Bienne sa propre société d’ingénierie et d’innovation, Createc. Devenue Creaholic, elle a depuis développé plus de 1000 projets, donné naissance à 250 familles de brevets. Titulaire du Prix Gaïa 2010 dans la catégorie artisanat-création et finaliste du Prix de l’inventeur européen 2017 pour l’œuvre d’une vie, Elmar Mock est retraité depuis l’an dernier. Il reste cependant impliqué dans le développement de jeunes pousses et continue à observer de près l’industrie qui l’a vu grandir. Interrogé par Le Temps, il commente l’évolution du marché des mouvements mécaniques, au regard de la décision rendue mercredi dernier par la Commission de la concurrence à ce sujet. En tant qu’innovateur, il partage également ses idées pour l’avenir de la branche.

Le Temps: La procédure lancée par la Commission de la concurrence (Comco) en 2013 avait pour but de mettre un terme au quasi-monopole d’ETA en relançant la concurrence sur le marché des mouvements mécaniques, ce qu’elle estime réalisé. Vous partagez son analyse?