Automobile

Elon Musk envisage de retirer Tesla de la bourse

Cette opération permettrait au constructeur d'«opérer dans les meilleures conditions», juge le patron de la compagnie. Elle permettrait d'échapper aux exigences de transparence boursière

Elon Musk a annoncé mardi envisager de retirer Tesla de la bourse. Cela permettrait de sortir le constructeur de voitures électriques de la surveillance de Wall Street au moment où il doit conjuguer forte croissance et contraintes financières importantes.

«J’envisage de retirer Tesla de la cote à 420 dollars; le financement est assuré», a déclaré le PDG et fondateur du groupe dans un tweet. Il n’a pas précisé la nature de ce financement, mais a dit par la suite bénéficier d’un soutien confirmé d’investisseurs.

Dans un message au personnel de Tesla publié sur le blog du groupe moins d’une heure après son tweet, Elon Musk explique qu’une telle solution permettrait au constructeur d'«opérer dans les meilleures conditions, libre autant que possible de toute distraction et de tout raisonnement court-termiste».

Lire aussi: Tesla supprime 9% de ses effectifs dans l’espoir de devenir rentable

Le titre, dont la cotation a été brièvement suspendue sur le Nasdaq, a clôturé en hausse de 11% à 379,57 dollars après une poussée à 387,46. Son record de 389,61 dollars remonte à septembre 2017.

Le potentiel plus important «leveraged buyout» de l’histoire

Prié de dire, sur Twitter, s’il continuerait de diriger le groupe dans cette hypothèse, Elon Musk a répondu qu’il n’y aurait «aucun changement». Il a ajouté n’avoir aucune intention de fusionner Tesla avec son autre société, SpaceX, le constructeur de la fusée Falcon Heavy.

Lire aussi: Les frasques à répétition d’Elon Musk commencent à inquiéter les marchés

Il subit de plein fouet la pression des investisseurs qui attendent qu’il tienne sa promesse de faire de Tesla un constructeur rentable. L’engagement du groupe d’augmenter les volumes et de gagner de l’argent lui a permis de dépasser General Motors en capitalisation boursière mais, après huit ans d’existence, les résultats se font attendre et la concurrence monte en puissance, notamment de la part des constructeurs automobiles européens.

Des projets en Chine et Europe

Tesla a pendant ce temps annoncé des projets d’usines en Chine et en Europe, mais en fournissant peu de détails et en ne disant rien de leur financement. Sortir de la bourse permettrait à Tesla d’échapper aux exigences de transparence des investisseurs et autorités de régulation sur les marchés cotés. Musk, qui a eu des mots avec des régulateurs, analystes ou journalistes, ne s’en plaindrait sûrement pas.

L’opération envisagée par Elon Musk constituerait le plus important LBO (leveraged buyout, acquisition financée par de la dette) de l’histoire. Elle devancerait nettement le rachat pour 45 milliards de dollars de la compagnie d’électricité texane Energy Future – qui finit en faillite en 2014.

Publicité