Il a réussi à s'emparer de son vecteur de communication préféré. Qu'en fera-t-il? Twitter a annoncé lundi soir son rachat par Elon Musk, au terme de moins de deux semaines de suspense.

Le patron de Tesla et SpaceX a passé un accord avec le conseil d’administration pour racheter le réseau social au prix de 54,20 dollars par action, ce qui le valorise à environ 44 milliards de dollars, annonce le réseau dans un communiqué.

Elon Musk devient le propriétaire de la plateforme qu’il considère comme «la place publique numérique où les sujets vitaux pour le futur de l’humanité sont débattus», d’après une citation du communiqué.

Deux prêts bancaires déterminants

Elon Musk avait indiqué la semaine dernière qu’il avait sécurisé 46,5 milliards de dollars pour mener à bien cette acquisition grâce à deux prêts bancaires de Morgan Stanley, ainsi qu’à sa fortune personnelle.

«Une fois que le financement a été mis en place avec la menace d’une OPA hostile, le conseil d'administration ne pouvait plus avoir recours à un chevalier blanc ou à un second enchérisseur», a relevé Dan Ives de Wedbush Securities sur CNBC. «Cela les a mis le dos au mur et les a contraints à venir à la table de négociations.»

Lire aussi: Elon Musk, icône fantasque d’un monde obnubilé par la technologie

Le conseil s’est réuni dimanche

Le conseil de Twitter s’est réuni dimanche matin pour réexaminer la proposition du milliardaire. Deux jours plus tôt, l’entrepreneur d’origine sud-africaine s’est entretenu avec plusieurs actionnaires, via plusieurs appels vidéo, pour défendre son offre de rachat.

L’organe de direction du groupe, composé de 11 membres, s’y était originellement montré hostile en adoptant une clause dite de la «pilule empoisonnée» pour rendre l’acquisition plus difficile. La clause prévoit que si un actionnaire atteint plus de 15% du capital de Twitter, le conseil d’administration se réserve le droit de brader les actions pour tous les autres détenteurs de titres.

Peu après son entrée au capital de l’entreprise, le fantasque patron avait été invité à rejoindre le conseil, mais il avait décliné cette offre.

Lire encore: Pour contrer Elon Musk, une «pilule empoisonnée»

Elon Musk veut changer la plateforme, mais en quel sens?

Fort de ses plus de 83 millions d’abonnés, l’homme le plus riche de la planète (sa fortune est estimée à 269 milliards de dollars par Forbes) se sert presque tous les jours de son compte Twitter pour donner des nouvelles de ses entreprises, plaisanter ou lancer des provocations.

Il a donc promis de transformer le réseau social pour en faire «la plateforme de la liberté d’expression à travers le monde» sans détailler les changements qu’il comptait mettre en œuvre, à l’exception de certaines fonctionnalités comme l’ajout d’un bouton «modifier» pour corriger un tweet après publication.

Certains observateurs pensent qu’Elon Musk pourrait autoriser à nouveau des comptes supprimés, dont celui de Donald Trump et de certains de ses partisans. L’ancien président américain avait été suspendu définitivement de Twitter en janvier 2021 pour avoir appelé à contester les résultats du scrutin présidentiel et invité à la violence.

Une experte: le risque d’un «déchaînement des théories du complot»

«Confier les rênes de Twitter à M. Musk déchaînera à coup sûr des théories du complot que la plateforme a essayé de réprimer», selon Angelo Carusone, président de l’ONG progressiste Media Matters for America. «Toute tentative d’utiliser la plateforme pour partager des informations légitimes sera éclipsée par un bourbier toxique de désinformation.»

Un des autres axes sur lesquels Elon Musk pourrait également vouloir investir est de rendre Twitter plus rentable et d’augmenter la croissance de son nombre d’utilisateurs. Il a déjà suggéré des modifications à la formule d’abonnement payante au site de microblogs, Twitter Blue.

Le groupe de San Francisco doit publier ses résultats trimestriels jeudi avant l’ouverture de Wall Street.