Fiscalité

Des élus européens mettent les ports francs luxembourgeois sous pression

Une commission de parlementaires européens a rédigé un rapport alarmant sur les ports francs, considérés comme des trous noirs dans la politique de lutte contre l’évasion fiscale. Un établissement luxembourgeois, fondé par le Genevois Yves Bouvier, est particulièrement visé

Les ports francs en Europe, Le Freeport Luxembourg en particulier, seraient des trous noirs dans la politique de lutte contre l’évasion fiscale et le blanchiment d’argent. C’est un rapport du Parlement européen publié en octobre 2018 qui l’affirme. Le 8 janvier, un des membres de la commission qui a mené cette enquête (TAX3) a interpellé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en des termes diplomatiques mais sévères.

«Je vous écris pour vous alerter d’un angle mort dans vos efforts déterminés pour améliorer la transparence financière au sein de l’Union», écrit Wolf Klinz, libéral-démocrate allemand, qui mentionne spécifiquement Le Freeport Luxembourg comme une entreprise à risque pour la réputation et la sécurité de l’Union européenne. Ce port franc installé à proximité de l’aéroport Luxembourg-Findel est un projet que Jean-Claude Juncker, alors premier ministre du Duché, a porté, au point qu’un de ses proches ministres en a été actionnaire au moment de son inauguration, en septembre 2014.