Aviation

Emirates: la course se poursuit entre Boeing et Airbus

La compagnie aérienne a signé un accord portant sur l'achat de 40 Boeing Dreamliner pour 15 milliards de dollars, a annoncé son PDG Ahmed ben Saïd Al-Maktoum. Mais un nouvel accord avec Airbus reste envisageable

Lors d'une conférence de presse, Ahmed bin Saeed Al Maktoum, directeur général du groupe Emirates, a précisé que l'annonce de ces achats, faite au premier jour du salon aéronautique international Dubai Airshow 2017, portait à quelque 90 milliards de dollars le montant total des commandes auprès de Boeing, principal concurrent de l'Européen Airbus.

Emirates est déjà le plus gros client du Boeing 777: il en a 165 dans sa flotte et en a commandé 164 autres exemplaires de façon ferme. La livraison des Dreamliner devrait commencer en 2022.

Lire aussi:  Fin de l’Airbus A380: chronique d’un pari perdu

«Le meilleur choix pour nous»

Classée plus grande compagnie aérienne du Moyen-Orient, Emirates est également le premier client mondial de l'A380, avion géant d'Airbus. Sa flotte en compte 100 exemplaires et la compagnie de Dubaï en a commandé 46 autres de façon ferme.

«Nous sommes parvenus à la conclusion que les Boeing 787-10 sont le meilleur choix pour nous», a dit Cheikh Ahmed, alors que des spéculations allaient bon train ces derniers jours sur une nouvelle commande d'A380 auprès d'Airbus. 

Complément de flotte

Un accord Emirates-Airbus est cependant toujours possible dans les prochains jours, a indiqué une source industrielle. «Les commandes d'Emirates aujourd'hui (auprès de Boeing) seront livrées à partir de 2022, accompagnant la compagnie bien au-delà des années 2030. Certaines d'entre elles seront pour des remplacements (d'appareils) afin de maintenir une flotte jeune et efficace et d'autres contribueront à notre future croissance», a-t-il souligné dans un communiqué.

«Nous voyons le 787 comme un grand complément à notre flotte de 777 et d'A380. Il nous fournit plus de flexibilité pour servir un éventail de destinations au moment où nous développons notre réseau mondial», a ajouté Cheikh Ahmed.

Maintien de nombreux emplois

De son côté, Kevin McAllister, président de Boeing Commercial Airplanes, s'est réjoui du choix d'Emirates pour le 787-10 Dreamliner, qui «prolonge notre partenariat de longue date» avec la compagnie de Dubaï et qui permettra de «maintenir de nombreux emplois aux Etats-Unis». Peu après, M. McAllister a signé un autre accord pour vendre à Azerbaijan Airlines cinq Boeing 787-8 pour environ un milliard de dollars (prix catalogue). Cette compagnie dispose déjà de deux avions 787-8.

Jeudi dernier, Emirates avait annoncé un bénéfice net plus que doublé au cours du semestre avril-septembre, attribuant cette forte progression à des mesures de réductions de coûts et à un taux de change favorable.

Emirates a dégagé un bénéfice net de 452 millions de dollars, en hausse de 111% par rapport à la même période en 2016. Un chiffre supérieur au bénéfice de 340 millions dégagé par la compagnie pour l'ensemble de l'année fiscale achevée au 31 mars 2017. 

Publicité