Emma Marcegaglia avait un message à faire passer. «Responsabilité»: c’est le mot que la présidente du conseil d’administration du groupe italien d’hydrocarbures Eni a répété pas moins de sept fois au cours de son discours sur l’avenir des relations entre l’Union européenne et le pays transalpin.

Lire aussi: Eni, ou l'histoire d'un agent double qui défend nos intérêts