Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L'Emmental n'est plus la seule carte d'Emmi. 
© MARTIN RUETSCHI

Produits laitiers

Emmi mise sur le marché américain

Le groupe laitier lucernois doit compenser à l’étranger la stagnation du marché suisse

Lait de vache biologique, fromage de chèvre, fabrication semi-artisanale: le groupe suisse Emmi a trouvé un nouveau paradis du fromage. Aux Etats-Unis. Le spécialiste suisse de l’Emmental, qui fait surtout son beurre aujourd’hui grâce à Caffè Latte décliné à tous les arômes, a trouvé un nouveau filon outre-Atlantique.

Mardi, le spécialiste des produits laitiers, toujours à la conquête du franchissement de la barre des 50% de son chiffre d’affaires réalisé à l’étranger, a annoncé l’acquisition, pour un prix non communiqué, de deux sociétés californiennes spécialisées dans les fromages artisanaux.

Tomales Bay Foods et Cowgirl Creamery Corporation, gérées par deux femmes, ont développé un réseau de fabrication de fromages biologiques à pâtes molles, mi-dure et affinés dans le nord de la Californie. Ces deux sociétés emploient 95 personnes et réalisent un chiffre d’affaires de 20 millions de dollars (19,55 millions de francs).

Emmi ne touchera pas aux marques et à la direction qui continuera à être assurée par les deux fondatrices. Le groupe lucernois a changé de stratégie aux Etats-Unis, pays où il s’est implanté dès 2006 en distribuant de l’Emmental via un partenariat avec la société Roth, rachetée en 2009.

La grande distribution de fromage de qualité suisse n’est plus en plein centre des préoccupations d’Emmi outre-Atlantique. Le groupe se tourne vers le créneau de spécialités locales et achète de petites et moyennes entreprises sans démanteler leur direction. La même approche avait été faite en 2010 par l’acquisition des fromages de chèvre Cypress Grove, ou, en décembre dernier, de Redwood Hill Farm & Creamery, autre société californienne spécialisée dans les produits à base de lait de chèvre.

Ces marchés de niche écologiques, qui permettent à Emmi de réaliser un chiffre d’affaires annuel de plus de 100 millions de francs, sont la nouvelle cible du groupe. En février, il a également pris la majorité (60%) de la société néerlandaise Bettinehoeve, premier producteur de fromage de chèvre dans les pays du Benelux.

Mais tout ne fonctionne pas toujours comme espéré aux Etats-Unis. Emmi a par exemple dû revendre, en décembre 2014, la société Penn Yan acquise en 2010. La niche des produits laitiers aseptiques fabriqués sous contrat n’a pas fonctionné. Celle du fromage de chèvre produit à échelle quasi industrielle, mais détenteur d’une image artisanale biologique paraît nettement plus rentable.

25% du chiffre d’affaires de 3,2 milliards de francs du groupe lucernois ont été réalisés sur le continent américain, contre 56% en Suisse. Le marché suisse étant en stagnation, notamment à cause du tourisme d’achat (baisse attendue de 2 à 4% cette année), Emmi mise sur l’étranger pour progresser et obtenir une marge bénéficiaire nette supérieure à 3%. La division Amériques devrait augmenter ses ventes de 5 à 7%, alors que se prépare une opération d’exportation de fromages bio suisses aux Etats-Unis.

Les investisseurs semblent apprécier l’évolution d’Emmi. Le cours de l’action a progressé de 85% en un an.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)