Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La Chine (ici dans la province de Anhui) détiendrait désormais 80% du marché de la production de panneaux solaires
© Reuters

énergie

Les emplois du solaire se déplacent toujours plus vers l’Asie

La Chine renforce sa domination sur le marché mondial du photovoltaïque. Elle concentre plus de la moitié des emplois du secteur, selon une nouvelle étude qui confirme aussi le déclin des fabricants européens

La faillite de SolarWorld n’est qu’un nouvel épisode. Mais la fermeture de l’un des géants allemands de la fabrication de panneaux photovoltaïques, annoncée mi-mai, en dit beaucoup sur la tendance dans l’industrie: année après année, le solaire européen décline.

C’est ce que démontre le dernier rapport de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena): au niveau mondial, les emplois dans le photovoltaïque ont augmenté de 12% l’année passée, pour atteindre 3,1 millions. Mais ce sont l’Inde (+17%), les Etats-Unis (+24%) et, bien sûr, la Chine qui alimentent cette croissance.

Les entreprises chinoises détiendraient désormais 80% du marché mondial des panneaux photovoltaïques. Près de 2 millions d’emplois y ont été recensés dans le secteur, dont 1,3 million dans la production de modules. «La Chine compte pour plus de la moitié des emplois au niveau mondial. Le pays consolide ainsi sa position de principal fabricant et installateur», confirment les auteurs de l’étude.

Deux tiers des effectifs ont été perdus

Cette progression contraste avec le climat qui règne au niveau européen. Sur le Vieux Continent, le nombre de postes liés au solaire a reculé de 22%, à 114 000. La production de modules y a chuté de 16% en 2016. C’est une confirmation: depuis 2011, le secteur a perdu deux tiers de ses effectifs. «La faible demande et le manque de compétitivité des fabricants les forcent à fermer leurs portes», commente l’Irena.

A la suite d’une plainte d’un groupement de fabricants européens, la Commission européenne avait mis en place des barrières douanières pour freiner la vague de panneaux chinois soupçonnés d’être subventionnés par Pékin et vendus à des prix inférieurs aux prix de production.

Lire aussi: Bruxelles et Pékin s’accordent sur le photovoltaïque

Conséquences sur le marché mondial: la présence chinoise a explosé sur le continent asiatique. Des milliards sont investis à l’étranger pour étendre les capacités de production. La Thaïlande en est l’un des principaux bénéficiaires. Selon le rapport de l’Irena, le pays est désormais le quatrième plus important fournisseur mondial de panneaux.

En Suisse, 6000 emplois

Ce document ne fait pas mention de la situation suisse. Mais, dans le pays, environ 6000 emplois sont directement concernés par l’industrie solaire photovoltaïque et thermique. Le oui à la Stratégie énergétique 2050, le 21 mai dernier, assure une certaine continuité au secteur.

Lire également: François Vuille sur les énergies renouvelables: «Nous sommes les cancres de la classe»

Mais l’association faîtière Swissolar ne s’attend pas pour autant à une explosion des emplois. «Nous ne prévoyons donc pas une grande croissance. Un oui devrait plus ou moins maintenir le nombre d’emplois actuels», expliquait au Temps son directeur, David Stickelberger, quelques jours avant la votation.

Ici comme en Europe, la conjoncture du secteur n’est pas au mieux. Les subventions baissent et la concurrence internationale continue de mettre la pression. Et elle n’est pas près de s’atténuer. Au début de l’année, l’agence nationale chinoise de l’énergie a annoncé des investissements à hauteur de 144 milliards de dollars pour développer l’énergie solaire.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)