Economie

Emplois UBS: Bienne et Renens affirment récolter les fruits de leurs efforts

Les deux cités estiment que les investissements consentis paient pour attirer des entreprises issues des grands centres urbains

Le déplacement de centaines de postes de travail, par UBS, à Renens (VD) et à Bienne (BE), ne doit rien au hasard, selon les responsables politiques de ces deux villes. Syndic de la cité vaudoise, Jean-François Clément parle d’un «travail entamé il y a plusieurs législatures qui porte désormais ses fruits». Son homologue de Bienne, Erich Fehr, évoque de son côté «les résultats d’années d’investissements dans la ville, pour la rendre à nouveau attractive».

Lire aussi: Zurich est devenue trop chère pour les banques

Une façon de prendre sa revanche sur les centres urbains que sont Zurich, Genève ou Lausanne? «Non, pas du tout, assure le syndic de Renens. Nous faisons enfin valoir pleinement nos atouts et sommes de toute façon liés à Lausanne, dans notre cas, rien que par la richesse de son offre culturelle dont profitent aussi nos habitants, mais aussi les employés qui travaillent dans notre ville».

L’horlogerie et la mécanique de haute précision sont toujours importantes, mais ce sont des secteurs très sensibles à la conjoncture

Bienne a été longtemps vue comme une cité horlogère – avec notamment une nouvelle usine pour Rolex et l’expansion de Swatch – et une ville spécialisée dans les «call centers». «L’horlogerie et la mécanique de haute précision sont toujours importantes, mais ce sont des secteurs très sensibles à la conjoncture, poursuit Erich Fehr. Nous avons ensuite misé sur les centres d’appel, mais aussi sur la création d’emplois plus qualifiés dans le secteur tertiaire, par exemple dans le monde des banques.»

Pour le maire de Bienne, le coût de la vie joue aussi un rôle en faveur de sa ville. «Certes, le niveau des salaires est légèrement plus bas chez nous et celui des impôts plus élevé. Mais comme le relevait récemment Credit Suisse dans une étude, le coût de la vie étant plus bas à Bienne, tout comme le prix des loyers, les habitants ont davantage d’argent pour eux à la fin du mois.»

Importance des transports

Le syndic de Renens – qui compte notamment sur son sol le siège national de l’opérateur télécom Salt – met quant à lui surtout en avant une politique massive d’investissement «pour améliorer la qualité de vie». «La rénovation complète de la gare, de meilleures liaisons ferroviaires via le projet 2030 des CFF, la future création d’une ligne de tram avec Lausanne, le Technopôle des Ateliers ou encore la création d’un lieu de cultures rendent Renens beaucoup plus attractive», estime Jean-François Clément. Par contre, le niveau des loyers n’est plus un avantage.

«Ils s’approchent de ceux de Lausanne, poursuit le syndic. Mais nous faisons tout notre possible pour que la mixité sociale demeure, en attirant des commerçants et des petits artisans. Nous comptons environ 20 000 habitants et 10 000 places de travail et voulons maintenir cet équilibre».

Publicité