Egalité

Les employés de Google se mobilisent de nouveau contre le harcèlement

Après leur arrêt de travail en novembre, un groupe de collaborateurs lance un mouvement sur les réseaux sociaux

Un groupe d’employés de Google veut continuer de lutter contre le harcèlement. En novembre dernier, plus de 20 000 collaborateurs du groupe avaient arrêté le travail pendant une heure pour dénoncer le traitement fait aux femmes dans l’entreprise. Cette fois, la révolte passe par les réseaux sociaux. De 9 à 18h, heure californienne, les employés avaient prévu de poster témoignages et interviews d’experts sur la clause d’arbitrage, une mesure qu’ils veulent bannir de Google et du secteur tech en général, notamment via le compte Twitter @endforcedarb.

Lire aussi:  A Zurich et ailleurs, des employés de Google manifestent, «surpris, tristes et fâchés»

A la suite du mouvement de novembre, le groupe de Mountain View s’était déjà engagé à ne plus rendre obligatoire cette clause qui force les employés à passer par une médiation, plutôt que de s’adresser à un tribunal en cas d’agression ou de harcèlement sexuels.

Moins favorable aux employés

Or, déplorent les employés, elle reste de mise pour bon nombre de cas de discrimination. Surtout, elle est répandue dans l’ensemble du secteur. D’après le groupe de collaborateurs, les plaignants ont moins de chances d’avoir gain de cause avec cette méthode et, lorsque c’est quand même le cas, les indemnités sont en moyenne moins élevées.

Lire également:  Google promet des changements sur le dossier du harcèlement

Les employés s’étaient révoltés l’automne dernier notamment à la suite d’un article du New York Times, dévoilant que Google avait couvert l’un de ses hauts cadres accusé de harcèlement tout en lui offrant un parachute doré de 90 millions de dollars.

Publicité