Ems-Chemie va ouvrir une nouvelle usine en Chine

Chimie Magdalena Martullo Blocher tire le bilan de dix ans de conduite de l’entreprise familiale zurichoise

Magdalena Martullo Blocher se souvient aujourd’hui, un brin amusée, de la manière dont les analystes ont fraîchement accueilli la décision de son père, Christoph Blocher, de lui confier les rênes d’Ems-Chemie dès 2003.

Elle a évoqué son parcours de dix ans, vendredi à Zurich, lors de l’annonce des résultats record du groupe, en rappelant que l’entreprise est restée solide alors que Ciba a été racheté par l’allemand BASF, Clariant a transféré une grande partie de ses activités en Allemagne, et que Lonza a dû modifier dans la douleur son modèle d’affaires. En dix ans, les ventes d’Ems-Chemie ont augmenté de 54%, à 1,88 milliard de francs, et la marge bénéficiaire EBIT atteint aujourd’hui 19,6%, contre 16% en 2003. Le nombre d’emplois en Asie, tout particulièrement en Chine, a bondi de 172%, à 629.

Anticipation en Asie

Ems-Chemie a su très tôt anticiper la forte croissance chinoise, en particulier dans le secteur des pièces en plastique pour l’automobile, qui représente aujourd’hui 59% de son chiffre d’affaires. Les résultats 2013 présentés vendredi sont supérieurs aux prévisions des analystes financiers. Le chiffre d’affaires progresse de 7,4%, à 1,88 milliard de francs, le bénéfice EBIT de 15,4%, à 369 millions, et le bénéfice net de 18,3%, à 324 millions. Comme l’an dernier, un dividende extraordinaire sera versé, ce qui porte la distribution à 11 francs par action. Le groupe compte quelque 10 000 petits actionnaires, mais la majorité du capital appartient à deux des trois filles de Christoph Blocher, via Emesta Holding.

Au cours de sa rétrospective décennale, Magdalena Martullo Blocher a évoqué sa confiance dans le potentiel de développement de la Chine, qu’elle juge avide d’innovations. «Ce pays a désormais dépassé le Japon et les Etats-Unis au classement du nombre de brevets déposés», constate la patronne du groupe, qui construit une nouvelle usine à Suzhou. Le pays vit, en particulier, une explosion du marché automobile. L’an dernier, la production a progressé de 13% et dépassé le cap de 20 millions de véhicules. Une vingtaine de nouveaux sites de production devraient naître en quatre ans, dans un pays où 7% de la population (dès 16 ans) possède une voiture, contre 97% aux Etats-Unis.

Ems-Chemie, qui est aussi présent sur le marché des téléphones portables, des lunettes, voire des montres avec appareil photo intégré, voit donc l’année 2014 en rose en Chine (+28% en 2013), mais également aux Etats-Unis et en Europe où, selon Magdalena Martullo Blocher, «les éléments négatifs font partie du passé». Globalement, le chiffre d’affaires devrait être «légèrement supérieur» à celui de 2013, avec une croissance plus forte du bénéfice d’exploitation.