Une main levée, un sourire en coin, un visage angoissé: autant de signes que ne pourront pas observer les commissaires-priseurs chargés de donner du rythme aux traditionnelles ventes aux enchères de novembre, qui se tiendront ces prochains jours à Genève.