Une main levée, un sourire en coin, un visage angoissé: autant de signes que ne pourront pas observer les commissaires-priseurs chargés de donner du rythme aux traditionnelles ventes aux enchères de novembre, qui se tiendront ces prochains jours à Genève.

Contraintes une nouvelle fois de s’adapter aux mesures sanitaires, des sociétés spécialisées comme Phillips, Christie’s, Sotheby’s ou encore Antiquorum ne pourront pas accueillir les centaines d’acheteurs qu’ils réunissent habituellement au sein des palaces du bout du Léman ces prochaines semaines. Les mises se feront uniquement par téléphone, internet ou via des ordres d’achats.