La question est sur beaucoup de lèvres : Pouvons-nous nous le permettre, cet endettement public que nous allons hériter de la mauvaise passe du COVID-19? La réponse est définitivement «oui». Et pour plusieurs raisons.