Des facteurs aussi bien politiques qu’économiques et financiers ont propulsé les énergies vertes en tête des agendas gouvernementaux. L’urgence croissante de la réduction des émissions nuisibles du secteur de l’énergie a attiré l’attention des investisseurs, qui proposent désormais de nombreux fonds gérés activement ainsi que, plus récemment, des ETF passifs.