L’émerveillement, puis le doute. L’enthousiasme et ensuite l’effroi… Il ne s’écoule parfois que quelques minutes, voire quelques secondes, entre ces sentiments cette semaine à l’EPFL. Depuis samedi s’y tient la plus grande conférence de Suisse sur l’intelligence artificielle (IA), les Applied Machine Learning Days. Jusqu’à ce mercredi, des dizaines de conférences, ateliers et discussions se succèdent pour présenter les avancées extraordinaires qu’offre cette technologie. Des progrès, mais aussi des risques énormes. Car sous le contrôle de géants de la tech ou d’Etats malveillants, l’IA peut se révéler aussi nocive que destructrice.

Terme à la mode, utilisé souvent de manière abusive par le marketing, l’intelligence artificielle irradie progressivement tous les pans de la société. Son principe: faire avaler d’immenses bases de données à des algorithmes perfectionnés, via la technique du machine learning. Ensuite, à la machine d’effectuer, seule, des analyses, mais aussi des prédictions, et de prendre elle-même des décisions.