L’édifice de PX Group ne paie pas de mine. Ses façades sans vie donnent l’impression qu’on a affaire à une boîte vieillissante. Pour entrer, nous devons passer par des sas, un agent de sécurité nous accompagne tout au long de la visite et nous avons l’interdiction de prendre des photos du bâtiment. Nous sommes à La Chaux-de-Fonds, dans la raffinerie d’or de PX Group, un sous-traitant horloger également actif dans l’extraction d’or et la fabrication de produits semi-finis pour d’autres industries. Une fois n’est pas coutume, l’entreprise de la famille Chave ouvre ses portes à la presse.

La raffinerie figure parmi les cinq plus grandes de Suisse. La Confédération, qui importe entre 2000 et 3000 tonnes d’or par an, est le premier importateur d’or au monde. Le métal jaune vient de partout, pour y être purifié, avant d’être transmis à des banques ou des industries. Le secteur peine par contre à garantir que l’or soit toujours extrait dans des conditions responsables. En Suisse, les lois sont permissives et les autorités souvent moins regardantes que dans d’autres pays.