Le compteur du Conseil constitutionnel français, garant du futur référendum d’initiative partagée (RIP) sur la privatisation envisagée d’Aéroports de Paris (ADP), affichait au 29 août 713 000 signatures. Un chiffre encore très éloigné des 4,7 millions de signatures indispensables, d’ici au 12 mars 2020, pour obliger le parlement à débattre, dans les six mois suivant cette date, d’une loi empêchant la cession de l’entreprise qui exploite, entre autres, les aéroports de Roissy et Orly. Avec pour conséquence d’imposer, en cas d’échec parlementaire, la tenue d’un référendum…

Lire aussi: La privatisation d’Aéroports de Paris, un imbroglio très français