Tout le monde n’a pas le même regard sur le dernier épisode de la guerre commerciale qui a risqué de faire dérailler les négociations sino-américaines. Dimanche, le président américain Donald Trump a tweeté qu’il allait augmenter dès vendredi de 10% à 25% les surtaxes douanières imposées sur 200 milliards de dollars de biens chinois exportés chaque année aux Etats-Unis. Cette annonce surprise a immédiatement installé de l’incertitude, notamment sur les marchés financiers.

Les détails qui ont conduit au coup de canon de Donald Trump ne sont pas connus. C’est la presse qui révèle un tant soit peu les postures de l’une et l’autre parties. Les journaux américains de mardi rapportent les propos de l’administration Trump selon lesquels Pékin est revenu sur ses engagements et a demandé de rouvrir les négociations. «Nous avons constaté des revirements lors de notre séjour la semaine dernière à Pékin mais nos interlocuteurs nous ont rassurés sur le fait que nous allions de l’avant», écrit le Wall Street Journal (WSJ) de mardi, en citant Steven Mnuchin, secrétaire d’Etat américain au Trésor