Au cœur des marchés

Entreprenant, mais pas indépendant

Les Britanniques sont loin de pouvoir prétendre à l’autonomie et à l’indépendance qu’ils réclament, aussi importante que puisse être leur économie pour l’Europe

Une semaine après la décision des Britanniques de retrouver leur indépendance face à l’Union européenne et en attendant que les réponses politiques soient apportées, notamment en définissant un agenda clair des procédures, l’incertitude persiste tant pour les investisseurs financiers que pour les acteurs économiques. Le principal indice boursier britannique, le FTSE 100, a récupéré son niveau d’avant le référendum, mais certaines séquelles persistent, notamment sur la livre sterling, les valeurs bancaires et les taux d’intérêt.

Il convient dès lors de s’intéresser aux conséquences économiques et financières à court et moyen terme. Si le Royaume-Uni choisit une voie plus autonome sur le plan politique, il ne pourra se priver de relations économiques et financières avec les pays proches. En effet, pour financer le solde déficitaire de leurs échanges de biens, de services et de revenus, les Britanniques dépendent de la confiance des investisseurs outre-Manche dans leurs actifs; ils sont loin de pouvoir prétendre à l’autonomie et à l’indépendance qu’ils réclament, aussi importante que puisse être leur économie pour l’Europe.

Empruntons à John Donne, Londonien du XVIe-XVIIe siècle, cette citation: «No man is an island, entire of itself; every man is a piece of the continent, a part of the main» (aucun homme n’est une île, complet en soi-même; chaque humain est une partie du continent, une partie du tout). Plus question pourtant de se rallier au continent.

Au lendemain de ce choc politique manifeste, de multiples trajectoires économiques peuvent être dessinées tant pour le Royaume-Uni que pour ses partenaires commerciaux, financiers et économiques, dont la Suisse. Et la réponse politique ne pourra plus se cacher derrière la solution monétaire. Elle se doit d’aborder les trois types de canaux de transmission directe ou indirecte qui vont se combiner, s’entrecroiser, interagir pour définir les orientations plus immédiates ou plus tardives: relations commerciales, participation des entreprises et transmission des doutes politiques sur le projet européen.

Le risque lié à l’importance de la City de Londres, place financière et de services aux entreprises, bénéficiaire du passeport financier européen, est, à juste titre, au centre des préoccupations. L’avertissement que les marchés ont infligé dans l’immédiat aux secteurs des banques et à la livre sterling en est le reflet. Pourtant, les Anglais se caractérisent aussi par leur aptitude à l’entrepreneuriat, la taille des PME sensiblement plus élevée que sur le continent (pas de barrière sociale), la formation et leur contribution à la recherche et au développement. Les Britanniques ne sont pas qu’entrepreneurs dans la formation, ils nous montrent aujourd’hui qu’ils sont aussi entreprenants.

Publicité