Le marché du travail suisse semble regarder la guerre avec une certaine indolence. Entre mars et avril, les offres de nouveaux postes ont en effet retrouvé leur niveau d’avant-pandémie à la faveur d’une progression de 1,5%, affirmait la semaine dernière le cabinet Michael Page, spécialisé dans les ressources humaines.