La grippe porcine place de nombreuses entreprises suisses en état d’alerte. Et pas seulement dans le secteur du tourisme. Ainsi, le cimentier Holcim annule tous les déplacements de ses collaborateurs au Mexique durant les deux prochaines semaines. «Il s’agit d’une décision interne», précise Peter Gysel, porte-parole d’Holcim. Cette mesure a été prise avant même que l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) ne recommande d’ajourner tous les voyages «qui ne sont pas absolument nécessaires» à destination du Mexique, et surtout de sa capitale.

De son côté, ABB n’a pas encore pris de telles mesures jusqu’ici. «Les recommandations de voyage adressées à nos collaborateurs sont établies sur la base de critères homogènes pour l’ensemble du groupe. Elles sont basées sur les directives établies par l’Organisation mondiale de la santé», explique Wolfram Eberhardt, porte-parole.

Les voyagistes se montrent bien sûr très préoccupés par la situation. Pour autant, ils ne proposent que rarement à leurs clients de rembourser les réservations déjà effectuées. Hotelplan, filiale du groupe Migros, oriente ses décisions en fonction des recommandations établies par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) et l’OFSP. Pour l’instant, seuls les départs à destination de la ville de Mexico prévus jusqu’au 4 mai donnent droit à une annulation prise en charge par Hotelplan, explique Elina Fleischmann, porte-parole de M-Travel Switzerland. Ce n’est toutefois pas le cas pour les réservations se rapportant à la station balnéaire de Cancun.

Kuoni pratique une politique similaire. Pour la ville de Mexico, les réservations peuvent être annulées gratuitement et donnent droit à un remboursement. Ce n’est pas le cas pour les autres régions du pays: s’agissant de Cancun, les clients peuvent se reporter gratuitement sur d’autres destinations, mais ne peuvent pas renoncer complètement à leur voyage, précise Peter Brun, porte-parole de Kuoni.

Quel avait été l’impact d’autres crises similaires pour le groupe? «En 2003, l’épidémie du SRAS avait fortement affecté les réservations en Asie. Toutefois, les clients s’étaient reportés sur d’autres destinations comme les Caraïbes ou l’Amérique. Cette crise a ainsi eu surtout un impact régional. Le pire scénario est celui d’une pandémie globale sur tous les continents», estime Peter Brun.

Une «task force» chez Swiss

Chez Swiss, aucun remboursement n’est proposé aux clients qui souhaiteraient annuler ou changer de vol. La compagnie aérienne ne dessert toutefois pas Mexico, précise le porte-parole Andrea Kreuzer. Une «task force» a néanmoins été mise sur pied pour suivre l’évolution de la situation.

A l’étranger, le voyagiste britannique Thomas Cook a annulé tous ses voyages à destination de Cancun jusqu’au 5 mai. Dans tous les cas, la grippe porcine tombe au plus mauvais moment pour le secteur du transport aérien. En mars dernier, le nombre de passagers transporté a déjà diminué de 11% par rapport à la même période de l’an précédent, communique l’association IATA.