Il s’agit d’un coup de poignard dans le dos. Vendredi dernier, l’industrie chinoise du tutorat privé apprenait l’existence d’une trentaine de mesures destinée à la mettre à terre par l’entremise d’une directive gouvernementale qui avait fuité. A l’avenir, ces firmes, qui proposent des cours de soutien et de préparation aux examens (en personne ou en ligne) aux écoliers chinois, n’auront plus le droit de réaliser de profits, de lever des fonds, de se coter en bourse ou d’accepter des investissements étrangers. Elles ne pourront plus non plus enseigner des branches scolaires durant les vacances et le week-end.

«L’objectif est de décapitaliser entièrement cette industrie, estime Zhang Wei, une professeure au sein du département de l’instruction et du programme d’études de l’Université normale de l’est de la Chine. Le gouvernement juge que l’éducation ne doit pas être une marchandise.» Ce printemps, il avait déjà interdit à ces entreprises de donner des cours après 21h et d’enrôler des enfants âgés de moins de 6 ans.