C'est une impression de déjà-vu. Il y a quelques jours, le Centre national pour la cybersécurité (NCSC) diffusait une alerte très précise. Attention, affirmait l’agence gouvernementale, une faille a de nouveau été repérée dans des serveurs de messagerie en Suisse. Selon le NCSC, plus de 2800 de ces serveurs n’ont pas été mis à jour par leurs propriétaires, malgré les correctifs logiciels envoyés par Microsoft. De dépit, malgré plusieurs avertissements restés lettre morte, les autorités vont donc dégainer leur arme ultime: une lettre recommandée pour alerter les entreprises négligentes. Est-ce à dire que les firmes suisses sont nullissimes en cybersécurité?