Innovation

Les entreprises vaudoises innovantes bénéficient d’un nouveau soutien

Innovaud a lancé Scale-Up, le premier programme d’aide aux sociétés en forte croissance et existant depuis au moins 3 ans

Pour répondre aux besoins spécifiques des entreprises technologiques à fort potentiel, Innovaud – une initiative de l’Etat de Vaud chargée de soutenir l’innovation dans le canton – a annoncé le lancement du programme Scale-Up Vaud. Une première en Suisse.

Les entreprises innovantes, d’au moins dix employés, avec une croissance des emplois annuels de 20% en moyenne et existant depuis au moins trois ans, seront désormais qualifiées de scales-ups. «Cette appellation concernera aussi bien des start-up que des PME», a précisé Rémi Walbaum, président d’Innovaud. Le terme de scale-up conviendrait d’ailleurs mieux à certaines jeunes sociétés qui ne veulent plus être assimilées à des start-up. Le terme aurait même une connotation négative pour quelques-unes d’entre elles. «Nous avons des problématiques différentes que celles rencontrées lorsque nous étions une start-up», a noté mardi à Lausanne Nicolas Durand, fondateur de la société Abionic qui développe des appareils de diagnostic rapide à partir d’une goutte de sang.

Les ressources destinées à l’entrepreneuriat ont tendance à se concentrer sur les phases de démarrage des entreprises. Les sociétés ayant dépassé cette phase font face à d’autres défis dans la réalisation de leur développement. Ainsi, le nouveau programme vaudois comble cette lacune. Il soutiendra ces entreprises en promouvant leurs activités, en les positionnant face à leurs interlocuteurs et en attirant l’attention des clients, des médias et des investisseurs potentiels. Des rencontres seront également organisées entre ces différentes scales-ups afin qu’elles puissent partager leurs expériences et leurs pratiques. «Cette initiative devrait renforcer l’ancrage des sociétés déjà présentes, renforcer le tissu économique et pourrait également attirer des entreprises étrangères dans le canton de Vaud», prévoit Patrick Barbey. Le concept n’est toutefois pas nouveau. Innovaud s’est notamment inspiré du modèle mis en place au Babson College aux Etats-Unis.

Problématiques liées à l’emploi

«A part Logitech, peu de sociétés ont créé beaucoup d’emplois ces dernières années dans la région. Il faut désormais agir vite par rapport à la concurrence étrangère», a souligné, pour sa part Jean-Philippe Lallement, directeur de l’EPFL Innovation Park. Cette nouvelle initiative pourrait y participer.

Quelques sociétés ont déjà été sélectionnées et figurent parmi les premières scales-ups vaudoises. Parmi elles, on peut citer Abionic, Atracsys, Domosafety, Elite, Netguardians, Nexthink, Pix4d, Sensefly et Sophia Genetics. Une dizaine d’autres entreprises devraient les rejoindre d’ici la fin de l’année. Toutes ces sociétés, dont certaines étaient présentes mardi à Lausanne, semblent particulièrement concernées par les questions de recrutement ou par l’octrois de permis de travail. «Nous avons des difficultés à trouver des vendeurs de logiciels financiers», a souligné Raffael Maio, directeur opérationnel de Netguardians, une société de 33 personnes qui est active dans l’analyse des données dans le domaine financier. «Nous cherchons à bien recruter et réussir notre ancrage social», dit pour sa part, Jean-Christophe Zufferey, directeur de Sensefly, une entreprise qui commercialise des drones à usage professionnel et qui est passée en sept ans de 2 à 130 personnes.

Publicité