C’est une affaire de boîte de sardines. Concrètement, de 24 000 kilos de sardines fraîches, transportées en camion frigorifié depuis le Maroc, et gâchées par des douaniers zélés à Algésiras, au sud de l’Espagne. Leur propriétaire, l’entreprise malaguène Procomar Alimentos, lutte depuis cinq ans pour se faire rembourser ses 18 600 euros de marchandise (l’équivalent actuel de 20 262 francs).

Les faits se déroulent le 29 mai 2014. Les limiers espagnols suivent la trace d’un trafic de haschich, transitant entre le Maroc et le sud de l’Espagne. Un juge andalou, qui soupçonne les passeurs d’utiliser des caisses de poisson pour camoufler la drogue, délivre alors un mandat pour inspecter le camion. Une opération policière qualifiée «d’erratique» par le quotidien espagnol El País qui a flairé l’affaire.