Estée Lauder a de grandes ambitions. Le groupe américain de cosmétiques a annoncé, mardi, qu'il allait racheter l'entreprise de Tom Ford pour 2,3 milliards de dollars. Le designer américain restera jusqu'à la fin 2023 le créateur attitré de son entreprise, valorisée à 2,8 milliards par l'opération. Estée Lauder espère clore l'opération au premier semestre 2023.

Tom Ford a estimé, dans un communiqué, qu'Estée Lauder était «la maison idéale» pour la marque. «Ils ont été un partenaire extraordinaire depuis la création de mon entreprise et je suis ravi de les voir devenir les luxueux intendants de ce nouveau chapitre de la marque Tom Ford», a-t-il relevé.

Au sujet du designer: Tom Ford, parcours d'un créateur qui a incarné et bousculé le luxe cool des années nonante

Texan d'origine, le designer a lancé son entreprise en 2005 après avoir été directeur artistique chez Gucci et Yves Saint Laurent. Au-delà de ses collections de prêt-à-porter de luxe, il a aussi apporté son nom à des lignes de produits de beauté, d'accessoires et de lunettes.

Etre placé «sous l'intendance» d'Estée Lauder permettra «la continuité et l'évolution de la marque Tom Ford» comme l'une des marques de luxe de premier plan au niveau mondial, a estimé l'entreprise dans un communiqué.

Un acquisition des droits de propriété intellectuelle avantageuse

Les parfums et produits de maquillage de Tom Ford Beauty faisaient déjà l'objet depuis le lancement de la ligne en 2006 d'un accord sous licence avec Estée Lauder, qui détient aussi les cosmétiques MAC, les soins du visage Clinique et La Mer ou les produits Aveda.

Le groupe s'attend à ce que Tom Ford Beauty parvienne d'ici à deux ans à vendre pour un milliard de dollars de produits par an. Il mise notamment sur le succès de ses parfums de luxe aux Etats-Unis et en Chine. En mettant la main sur Tom Ford, Estée Lauder acquiert les droits de propriété intellectuelle sur toutes ses lignes. L'entreprise n'aura ainsi plus à débourser de royalties pour Tom Ford Beauty et pourra profiter de nouvelles sources de revenus en accordant elle-même des licences.

L'accord prévoit notamment la prolongation et l'expansion de la licence accordée par Tom Ford à Ermenegildo Zegna pour les lignes de vêtements, d'accessoires et de sous-vêtements. La licence actuellement accordée à Marcolin pour les lunettes Tom Ford sera aussi prolongée.

Selon le Wall Street Journal, d'autres groupes étaient en lice pour racheter Tom Ford, dont l'entreprise française Kering, qui détient déjà les marques Gucci, Saint Laurent ou Balenciaga.