Sinistre

Est-il venu le temps d’assurer les cathédrales?

L’Etat français préfère défiscaliser les dons privés plutôt que d’assumer son rôle d’auto-assureur de Notre-Dame. A Genève et à Lausanne, les cathédrales sont assurées contre les incendies

Il n’a fallu que quarante-huit heures. Mercredi, deux jours après l’incendie qui a ravagé la charpente et la tour de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les promesses de dons avaient déjà triplé le budget annuel (326 millions d’euros) consacré à la restauration du patrimoine national français, et «sanctuarisé» fin 2018 par l’Elysée.

Lire aussi: Après les flammes, qui va payer?