La Chine et quelques autres pays émergents pourraient rejoindre l’Union européenne (UE), le Canada et la Norvège, qui tentent de mettre en place un système ad hoc pour remplacer le tribunal d’appel de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), celui qui statue en dernière instance sur les conflits commerciaux entre Etats. Partie inhérente de l’organisation depuis 1995 et qui a, par exemple, prononcé récemment un verdict sur le conflit Airbus/Boeing, cette instance est cliniquement morte depuis mardi.

Lire également: Washington pousse l’OMC à bout