Les Etats-Unis ne veulent pas de Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). A l’issue de six mois de consultations, elle aurait obtenu le plus large soutien des 164 membres, mais Dennis Shea, ambassadeur américain auprès de l’organisation, a fait savoir mercredi que son pays y opposait son veto. L’administration Trump a en effet fait comprendre ces dernières semaines qu’elle soutenait la candidature de l’autre finaliste, la ministre sud-coréenne du Commerce, Yoo Myung-hee. A l’OMC, où toutes les décisions sont prises par consensus, la posture américaine plonge l’institution dans une incertitude totale. A Washington, plusieurs sénateurs américains républicains sont allés ces derniers mois jusqu’à demander que les Etats-Unis quittent cette organisation sise à Genève.

Lire aussi: Election à l’OMC: un blocage n’est pas exclu

Présidé par l’ambassadeur néo-zélandais David Walker, le comité chargé de choisir le successeur du Brésilien Roberto Azevêdo, démissionnaire un an avant la fin de son mandat, a informé mercredi le Conseil général de l’OMC – l’organe de décision – du choix en faveur de la Nigériane. «Vingt-sept délégations représentant un grand nombre de pays ont pris la parole et tous ont exprimé un soutien très fort au processus et au résultat, tous sauf un, les Etats-Unis», a annoncé Keith Rockwell, le porte-parole de l’organisation. Washington bloque déjà depuis plusieurs mois les nominations des juges du tribunal d’appel du système de règlement des différends, provoquant l’une des plus graves crises institutionnelles de l’OMC.

Pas une surprise

Le scénario de blocage n’est toutefois pas une surprise. «Nous ne devons pas l’exclure, avait déclaré à Bloomberg l’Américain Rufus Yerxa, ancien haut cadre de l’OMC, qui dirige à présent le National Foreign Trade Council, une organisation patronale basée à Washington. Si tel est le cas, nous trouverons une solution après les élections américaines du 3 novembre.» Un tel blocage n’est pas une première. En 1999, les deux finalistes – le Néo-Zélandais Mike Moore et le Thaïlandais Supachai Panitchpakdi – n’avaient pas pu être départagés pour succéder à l’Italien Renato Ruggiero. Au bout du compte, ils avaient scindé le mandat de quatre ans en deux périodes de deux ans.

Lire également: Une femme, asiatique ou africaine, dirigera l’OMC

Les jeux n’étaient effectivement pas encore faits à la fin de la semaine dernière. Les Etats-Unis, alliés historiques de la Corée du Sud, avaient fait savoir leur préférence pour Yoo Myung-hee. L’Union européenne, l’autre force qui compte dans le choix, était divisée, de nombreux pays penchant en faveur de la candidate nigériane. Mais officiellement, Bruxelles s’est prononcée lundi en sa faveur au nom des relations historiques avec le continent africain. Adoubée par l’Union africaine (55 pays), Ngozi Okonjo-Iweala a aussi compté sur le soutien des autres pays en développement.

Considérée parmi les favoris dès le départ, la Nigériane a mené sa campagne tambour battant, mobilisant d’abord le continent africain derrière sa candidature et, ensuite, son réseau international construit durant sa longue carrière à la Banque mondiale. A présent, elle préside le conseil d’administration de l’Alliance du vaccin (Gavi). Elle fait également partie du groupe de travail de l’Organisation mondiale de la santé ainsi que de celui de l’Union africaine en matière de lutte contre le Covid-19.

«L’OMC reste les bras croisés»

Lors d’un récent entretien avec Le Temps, elle se disait navrée que l’OMC se trouve paralysée alors que le monde avait un besoin urgent d’une telle institution en cette période marquée par la pandémie de Covid-19. Selon elle, cette institution a un rôle important à jouer pour faciliter un accès mondial aux vaccins contre le coronavirus. «La santé des populations est aussi l’affaire de l’OMC, affirmait-elle. Tout en respectant scrupuleusement les règles de la propriété intellectuelle, elle peut donner des licences pour produire des médicaments en cas de pandémie.» Et d’ajouter: «Nous traversons une pandémie et l’OMC reste les bras croisés faute de directeur.»

Les membres de l’OMC se réuniront le 9 novembre à Genève pour prendre une décision sur la suite.