Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

Conjoncture

Les États-Unis continuent à embaucher à tour de bras

Les mauvais résultats boursiers de ce début d’année contrastent avec le dynamisme du marché de l’emploi. Le taux de chômage se maintient à 5%

Le marché de l’emploi américain prouve sa robustesse. Malgré un début d’année catastrophique sur les marchés (le pire depuis 30 ans), le ralentissement chinois et la volatilité des prix du pétrole, les États-Unis continuent à embaucher à un rythme soutenu. En décembre, 292 000 nouveaux postes ont été créés, selon les données du Ministère du travail publiées vendredi. Un résultat qui a largement dépassé les expectatives des analystes qui tablaient sur une augmentation de 200 000.

Pour François Savary, chef des investissements chez Prime Partners, ces chiffres sont la «meilleure invalidation» des doutes sur l’état de santé de l’économie américaine. Sur 2015, les États-Unis ont créé 2,65 millions d’emplois, le deuxième meilleur résultat depuis 1999. Le taux de chômage se maintient lui à 5% (un niveau historiquement bas) en raison de l’arrivée de nouveaux chercheurs d’emplois. Des résultats positifs qui renforcent la capacité de consommation domestique, «la clé pour que l’économie maintienne un niveau de croissance à 2,5%», souligne l’analyste.

Karsten Junius, chef économiste à J.Safra Sarasin, salue les résultats positifs de l’emploi tout en rappelant leur caractère exceptionnel: «L’augmentation de 45 000 postes dans le secteur de la construction est principalement due à l’hiver doux que traversent en ce moment les États-Unis. Il a permis de maintenir le dynamisme du secteur sur une période où les travaux sont d’ordinaire gelés.» La banque attend un léger ralentissement de l’économie de 2,8 à 2,5% pour 2016.

Outre la construction, les services aux entreprises (+73 000), les services de santé (+39 000) et les cafés et restaurants (+37 000), ont participé à ces résultats positifs. Les marchés ont accueilli la nouvelle avec un enthousiasme prudent. Après six séances de baisse, le Dow Jones ouvrait vendredi à + 0,33% et le Nasdaq à + 0,92%. A la mi-journée toutefois, ce rebond s’essoufflait (+ 0,05% pour les deux indices), plombé par les cours du pétrole.

Hausse des taux

Pour les deux analystes consultés, les nouvelles du marché de l’emploi confirment la Réserve fédérale américaine (Fed) dans sa politique de relèvement des taux d’intérêt. En décembre, la banque centrale relevait ses taux pour la première fois en une décennie à 0,25-0,50%. «Il y avait quelques signes de début d’inflation, une légère pression, rappelle François Savary. L’économie est en train de croître à un niveau un brin supérieur à son potentiel de long terme. C’est un argument supplémentaire pour continuer à relever les taux.»

Pour J.Safra Sarasin, la Fed devrait continuer à relever progressivement ses taux jusqu’à 2% mi-2017, quand «l’élan induit par les bas coûts des matières premières commencera à s’estomper».

En attendant, les analystes garderont assurément les yeux rivés sur le marché chinois qui traverse une nouvelle phase de turbulences après la crise de cet été. «Ma crainte pour 2016 c’est que le gouvernement chinois laisse sa monnaie se déprécier, confie François Savary. Cela pénaliserait le commerce partout dans le monde et affecterait la croissance globale. Il est essentiel que la Chine effectue sa transition d’une économie d’investissement à une économie de consommation.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)