Cette année, le rapport mondial sur la richesse de Merrill Lynch réserve une surprise. Contrairement à 2002, ce sont les Etats-Unis qui affichent en 2003 la plus importante croissance (+13,5%) du nombre d'individus possédant des fortunes supérieures au million de dollars, ou High Net Worth Individuals (HNWI). En revanche, le nombre de HNWI d'Europe (y compris l'Est et la Russie) n'a progressé que de 2,4%, tandis que l'Asie-Pacifique a fait un bond (+8,4%) mais passe derrière l'Amérique du Nord. L'Afrique, avec une hausse de 14,9%, reste un marché peu significatif.

L'Europe plafonne

Même tendance en termes de montants: la croissance en valeur des fortunes d'Amérique du Nord surpasse celle des autres zones en s'affichant à 13,6%, contre seulement +3,7% pour l'Europe, +3,3% pour le Moyen-Orient et +10% pour l'Asie-Pacifique. «Qu'ils soient américains, indiens ou chinois, les investisseurs fortunés ont parfaitement su tirer parti du rebond des marchés boursiers et de la vigueur de la croissance mondiale en dépit d'incertitudes géopolitiques grandissantes», a commenté Nicholas Stonestreet, CEO de Merrill Lynch Bank (Suisse). La banque a présenté mardi à Genève cette étude annuelle réalisée depuis huit ans en collaboration avec le consultant Cap Gemini. Avec 8500 milliards de dollars détenus par des millionnaires, l'Amérique du Nord rattrape désormais l'Europe, qui plafonne à 8700 milliards alors qu'elle était la zone renfermant traditionnellement le plus de richesses individuelles. «A l'exception notable de l'Espagne, de la Russie et de la République tchèque où l'on recense de plus en plus d'investisseurs fortunés, notent Merrill Lynch/Cap Gemini, le continent dans son ensemble affiche toujours une richesse moyenne bien inférieure à celle de l'Amérique du Nord en raison notamment de politiques d'imposition du revenu trop restrictives qui freinent les possibilités d'enrichissement personnel».

L'an dernier, l'Amérique du Nord avait au contraire affiché un recul de 1,9% du nombre de millionnaires, le plus mauvais résultat devant l'Amérique latine, contre un gain de 3,9% pour l'Europe.

En un an, les estimations ont changé. Désormais, Merrill Lynch/ Cap Gemini tablent sur une croissance annualisée de 10,5% pour les richesses d'Amérique du Nord d'ici à 2008, alors qu'ils prédisaient l'an dernier une croissance de 7% de cette même région entre 2002 et 2007. Quant à l'Europe, le rapport n'estime plus la croissance annualisée de ses richesses qu'à 4,5% dans cinq ans, alors qu'il la situait à 7% jusqu'en 2007 il y a un an. Pour l'Asie-Pacifique, l'estimation reste proche, à +7,4%, contre +7% dans le précédent rapport.

Au niveau global, 2003 a été une excellente année comparée à 2002. Le nombre de millionnaires a progressé de 7,5%, à 7,7 millions, contre +2,1% fin 2002. C'était le taux de croissance le plus faible depuis huit ans. Quant à la somme des richesses globale, elle a fait un bond de 7,7% en 2003 à 28 800 milliards de dollars, contre +3,6% fin 2002. D'ici à 2008, le rapport estime que la richesse des HNWI croîtra de 7% par an pour dépasser les 40 700 milliards.

Comment expliquer l'excellent développement de l'Amérique du Nord en 2003? C'était une année remarquable au point de vue boursier, tandis que la croissance du PIB américain a battu les prévisions des économistes, explique Nicholas Stonestreet. Il ajoute que «les investisseurs ont fait preuve d'une réallocation judicieuse de leurs portefeuilles, qui les a menés à réduire au bon moment leur exposition aux titres obligataires à faible rendement pour réallouer une plus grande part aux actions». Leur exposition aux actions est passée de 20% à 35% en 2003, une bonne décision car les actions ont surperformé toutes les autres catégories d'actifs. Nicholas Stonestreet souligne par ailleurs l'impact bénéfique qu'a eu la réallocation d'avoirs des liquidités et des instruments à taux fixes vers les placements alternatifs (hedge funds).

http://www.merrilllynch.com/about/press_release/pdf/20040615_worldwealth.pdf