Le gouvernement américain a confirmé le retrait de la Suisse de la liste des pays susceptibles de manipuler le cours de leur monnaie. Le Département du Trésor estime que la Confédération ne remplit plus les critères depuis les deux dernières évaluations.

Les interventions de la Banque nationale suisse (BNS) sur le marché des changes continueront cependant à faire l’objet d’une surveillance, indique vendredi le Trésor US. Dans une prise de position distincte, la BNS affirme prendre acte de cette décision et rester en contact avec Washington.

Lire aussi: Washington accuse la Suisse et le Vietnam de manipuler les monnaies

Pour le Département fédéral des finances (DFF), «la Suisse ne manipule pas le franc». Les interventions de la BNS sur le marché du change «sont nécessaires pour la politique monétaire suisse, pour assurer des conditions monétaires convenables et ainsi garantir la stabilité des prix», a souligné une porte-parole du DFF, interrogée par AWP.

Sous surveillance depuis décembre 2020

Hormis la Suisse, le Trésor américain a annoncé qu’il continuerait d’observer avec attention les politiques économiques de la Chine et les mesures de Pékin pour influencer le cours de sa devise, ainsi que les politiques de change du Vietnam et de Taïwan.

Washington n’a accusé aucun pays de manipuler sa devise afin d’obtenir un avantage concurrentiel, mais a placé douze d’entre eux sur une liste de surveillance. Le rapport semestriel présenté au Congrès s’intéresse aux pays dont la balance commerciale est largement excédentaire et qui interviennent sur le marché des changes pour empêcher leurs monnaies de s’apprécier, ce qui rend leurs exportations plus compétitives.

Lire également: Le franc ne sait plus sur quel pied danser

La Suisse était dans le viseur de Washington depuis décembre 2020, date à laquelle le Trésor américain avait accusé la Confédération de manipuler sa devise. En avril, les autorités US étaient revenues en arrière, estimant les preuves de manipulation de cours insuffisantes.

La monnaie helvétique réagissait vivement à ces annonces, se raffermissant à 1,0385 franc pour un euro vers 19h, un niveau qui n’avait plus été atteint depuis juillet 2015.