Les Etats-Unis devraient créer plus d’emplois qu’ils n’en détruisent «d’ici au printemps», a estimé jeudi la Maison Blanche qui table néanmoins sur le maintien d’un taux de chômage structurel élevé, ne devant pas passer sous les 5,2% d’ici à 2020.

«Pour 2010, nous prévoyons une croissance moyenne de l’emploi de 95 000 postes par mois», a déclaré à la presse Christina Romer, chef du Conseil des conseillers économiques du président américain Barack Obama, assurant que la tendance allait redevenir «positive d’ici au printemps».

Christina Romer a tenu ces propos à l’occasion de la publication du Rapport économique du président, document de plus de 450 pages détaillant la politique économique menée par le gouvernement depuis l’entrée en fonction de Barack Obama en janvier 2009 et ses priorités en matière d’actions à venir. Ce rapport montre que la Maison Blanche table sur le maintien d’un chômage structurel élevé pour les Etats-Unis.

Décroissance progressive jusqu’en 2018

Comme cela avait été annoncé dans le projet de budget pour 2010-2011 publié début février, le gouvernement prévoit un taux de chômage moyen de 10,0% en 2010 qui devrait décroître ensuite mais atteindre encore 8,2% en 2012, avant de descendre progressivement à 5,2% en 2018, niveau auquel il devrait stagner jusqu’en 2020, dernière année couverte par le rapport.

A titre de comparaison, le taux de chômage résiduel aux Etats-Unis tournait aux alentours de 4,6% en 2006, au plus fort de la période d’expansion avant la grande récession, et autour de 4,0% en 2000 au moment de l’explosion de la bulle internet.

Selon le rapport officiel sur l’emploi publié vendredi dernier, le taux de chômage américain a baissé de 0,3 point à 9,7% en janvier, mois pendant lequel l’économie du pays a détruit 20 000 emplois, soit plus de sept fois moins qu’en décembre.