Sécurité

Eteindre les serveurs cloud la nuit, le pari d’une société d’Yverdon

Basée à Y-Parc, la société 7solution Informatique veut accroître la sécurité des données en éteignant les serveurs la nuit. Une manière aussi de diminuer l’empreinte carbone

Pour accroître la sécurité des données informatiques, pourquoi ne pas… les rendre inaccessibles la nuit? C’est le pari de la société 7solution Informatique, basée à Yverdon (VD). Située au cœur du campus technologique Y-Parc, l’entreprise propose des services cloud de manière restreinte, uniquement durant les heures de bureau. Une façon aussi de diminuer la consommation électrique.

A la tête de la petite société qu’il a fondée en 2015, Jean-Frédéric Santana a débuté en effectuant des audits de sécurité et des formations en cybersécurité. En 2017, un client le contacte pour analyser ses systèmes de sauvegarde. «Cette fiduciaire ne savait plus vraiment où étaient stockées ses données, raconte Jean-Frédéric Santana. On a découvert que l’un des deux services de sauvegarde ne fonctionnait pas, et que l’autre répliquait les données au Japon ou en Belgique, ce n’était pas clair. Cela nous a donné l’idée de créer notre propre système de sauvegarde.»

Durant les heures de bureau

Baptisé 7safe, le service est lancé dans un contexte bien particulier. «C’était l’époque du rançongiciel Wannacry, qui avait entre autres contraint Renault à débrancher une partie de ses serveurs informatiques pour les protéger face à ce virus», se souvient l’ingénieur. Il décide alors de créer un système de sauvegarde ne fonctionnant que durant les heures de bureau: de 7h à 19h, tous les jours. Le reste du temps, les serveurs informatiques, situés dans les bureaux de la société à Y-Parc, sont éteints. Et le matin venu, ils sont programmés pour se rallumer automatiquement.

Lire aussi: Protection de données: le suisse Veeam lève un demi-milliard de dollars

Pour Jean-Frédéric Santana, la motivation est double. «Il y a d’abord eu l’aspect sécurité: en limitant le temps durant lequel les serveurs sont connectés, on diminue le temps pendant lequel des attaques externes peuvent survenir. On constate d’ailleurs que les robots qui tentent de faire intrusion la nuit ne reviennent pas le jour.»

Mais à l’heure de la connexion permanente, n’est-il pas contre-productif, pour les clients de 7solution Informatique, de devoir renoncer à toute connexion à leurs données en dehors des heures de bureau? «D’abord, la trentaine de clients abonnés à ce service n’ont en général pas besoin d’accès en permanence à leurs données: ce sont surtout des fiduciaires, des cabinets d’avocats ou des particuliers, explique Jean-Frédéric Santana. De plus, les clients peuvent toujours travailler sur leurs données en local. Elles ne seront synchronisées que durant les heures de bureau.»

Argument écologique

Quid des données uniquement accessible sur un serveur à distance? «Ce point-là fait partie d’un développement de services cloud SaaS (software as a service) qui, à ce jour, a passé toutes les phases tests et dont la mise en production est imminente, avec notre partenaire Wiigi.org», répond le responsable.

L’autre argument de 7solution Informatique, c’est l’écologie. «En étant débranchés la nuit, nos serveurs consomment de 40 à 70% d’électricité en moins, selon le service cloud. A l’heure où tout le monde s’alarme de la voracité énergétique des data centers, nous montrons, à notre échelle, que des actions concrètes et quasiment sans aucun impact sur la productivité peuvent être entreprises», poursuit l’entrepreneur.

Bientôt des logiciels

Aujourd’hui, en il coûte une centaine de francs à un particulier, et plusieurs centaines de francs à une entreprise, pour sauvegarder leurs données «durant les heures de bureau». Et pour cette année, 7solution Informatique veut aller plus loin. «Notre but est de mettre à disposition, selon les mêmes horaires, un logiciel de CRM (gestion de la relation client) développé par un partenaire, Wigii.org, situé en région morgienne», conclut Jean-Frédéric Santana. Sa société, qui collabore déjà à Yverdon avec la Haute Ecole d’ingénierie et de gestion du canton de Vaud, cherchera cette année à lever des fonds pour financer son expansion.

Publicité