stabilité financière

En Europe, 30% des actifs financiers viennent des banques «de l’ombre»

L’agence S&P comme le FSB mesurent le poids des sociétés «parallèles» de services bancaires. Bruxelles tente de limiter la floraison de ce biotope financier alternatif

En Europe, 30% des actifs financiers viennent des banques «de l’ombre»

Stabilité L’agence S&P comme le FSB mesurent le poids des sociétés «parallèles» de services bancaires

Bruxelles tente de limiter la floraison de ce biotope financier alternatif

Monopolisés par le sauvetage des banques, les ministres des Finances européens ne l’ont pas abordé, lundi. Mais le dossier du «shadow banking» reste au cœur de la remise à plat du secteur que le commissaire européen Michel Barnier tente de faire adopter par le Parlement, peut-être avant le choc des élections de fin mai.

Objectif? Encadrer la floraison de ce biotope financier alternatif. Certains freins sont déjà inclus dans la directive AIFM imposée aux hedge funds dès cette année. D’autres règles imposent un renforcement de leurs capitaux – un tampon devant atteindre 3% de leurs actifs – aux fonds de placement dits de «money market».

L’ampleur de ces activités bancaires parallèles inquiète. La semaine dernière, l’agence de notation Standard & Poor’s a fait état de 30% de l’ensemble des actifs financiers européens. Contre 40% aux Etats-Unis. Transformés en usuriers, des hedge funds prêtent sur gage aux entreprises ou débarrassent les banques de leurs prêts difficilement recouvrables. Des sociétés de crédit avancent aussi bien pour un frigo que pour un appartement. Des structures cotées trouvent sur les marchés les fonds de grands projets immobiliers.

Chargé par les grandes puissances de surveiller le système au lendemain du séisme de 2008, le Conseil de stabilité financière – ou FSB – fait état d’une activité atteignant 71 000 milliards de dollars au niveau mondial.

Ces vrais-faux banquiers combleraient un vide – celui laissé par leurs homologues traditionnels qui se sont vus ordonner de bétonner leurs fondations financières après la crise: pour y parvenir, ceux-ci ont préféré s’engager sur moins de prêts – leur total a fondu de 10% en cinq ans, selon la Banque centrale européenne. «Il est peu probable que le «shadow banking» seul puisse compenser cette contraction de l’activité bancaire à moyen terme», ajoute Standard & Poor’s, qui rappelle le rôle de ces activités dans «le financement de l’économie réelle». Certains dénoncent pourtant les liens entre ces firmes et les établissements ayant pignon sur rue. «Coupez le cordon ombilical entre les banques et les hedge funds ou les [structures d’investissement] SIV et vous réglerez une grande partie du problème», lance Christophe Nijdam. Spécialiste du secteur au sein du bureau de recherche pan­européen AlphaValue, ce dernier parle d’un «appendice opaque» du système bancaire régulé.

Selon le FSB, la Suisse représente moins de 2% de cette activité parabancaire. Une importance similaire à celle de la Chine. C’est pourtant dans ce pays que les 1700 milliards de dollars prêtés par les «trusts» – des sociétés d’investissement promettant à leurs souscripteurs des rendements mirifiques – sont censés préparer la future crise. Lundi à Pékin, le dernier pointage du crédit a pourtant fait état d’une activité des trusts divisée par deux depuis un an.

«Coupez le cordon avec les banques [classiques] et vous réglerez une grande partie du problème»

Publicité