Le dérèglement climatique est désormais un état de fait, et son aggravation due à l’activité économique n’est aujourd’hui plus contestée. Pour les Etats et leurs régulateurs, il en découle une nécessité de mettre en place des mesures et une réglementation pour mitiger ce risque et rediriger les flux d’investissements vers les énergies respectueuses du climat. Bien qu’elles partagent cet objectif, les instances de régulation américaines et européennes diffèrent sur la définition même de risque climatique pour les investisseurs, et en conséquence également sur la méthode pour les inciter à intégrer ce paramètre dans leurs décisions d’investissement.