Pas d’effet «franc fort» sur le fromage suisse. Les chiffres communiqués jeudi par Switzerland Cheese Marketing (SCM) et la fiduciaire TSM (en charge de la compilation des statistiques) font état d’une augmentation des exportations de 8,9% pour le premier semestre 2012 (à 31 050 tonnes). L’Allemagne est le meilleur client de la Suisse (13 655 tonnes, +18,6%) alors que le Portugal et l’Espagne sont les seuls pays européens qui affichent un recul. Le Canada (–6,9%) et les Etats-Unis (–18,6%) importent également moins de fromage suisse.

«Nous sommes un peu étonnés de voir ces chiffres si positifs», assure Manuela Sonderegger, porte-parole de SCM. «Mais, relativise Peter Streit de TSM, le premier semestre 2011 était si mauvais que cette amélioration est presque normale.» Les exportations 2012 ont aussi dépassé celles de 2010.

Emmental en tête

Avec une augmentation de 16%, l’emmental AOC reste le fromage le plus exporté des quelque 500 sortes fabriquées dans le pays. Il est talonné de près par la mozzarella et la tête de moine. Le tilsit et le sbrinz AOC figurent parmi les plus grands perdants.

Durant la même période, les importations de fromages étrangers ont augmenté de 3,2% pour atteindre 25 525 tonnes. Destinés principalement à l’industrie et au secteur de la restauration, ils proviennent d’abord d’Italie (parmesan), de France (Vache qui rit, Babybel) puis d’Allemagne.