Les difficultés d'Evergrande contaminent Hongkong. Les principaux promoteurs immobiliers de la cité-Etat ont chuté en bourse lundi, provoquant un recul de 3,3% du principal indice de la bourse de Hongkong, le Hang Seng, à la clôture. Les investisseurs craignent que le gouvernement chinois élargisse à Hongkong sa politique visant à lutter contre les excès dans l'immobilier. Des officiels de Pékin ont averti des promoteurs de cette région administrative spéciale chnioise que des comportements monopolistiques ne seraient plus tolérés, a rapporté vendredi l'agence Reuters.

Ce lundi, Evergrande ne va pas procéder au paiement d'intérêts sur ses prêts bancaires prévu. Les autorités chinoises avaient prévenu la semaine dernière les banques concernées que ce paiement ne se ferait pas, signalant que le groupe immobilier se dirigeait vers une restructuration de sa dette. L'action Evergrande a chuté de 13% lundi, portant à 85% son recul depuis avril.

Lire aussi: Evergrande, le risque d’un Lehman Brothers chinois 

Paris ouvre en baisse

Ce lundi, le sous-indice immobilier de la bourse de Hongkong a perdu 6,6%, sa plus forte chute depuis mai 2020, selon l'agence Bloomberg. Le promoteur Henderson Land a abandonné 12%, ses concurrents Sun Hung Kai Properties et CK Asset Holdings (propriété de l'homme le plus riche de Hongkong, Li Ka-shing) décrochant de 9,1% et 7,9% respectivement. Les bourses de Chine continentale sont fermées jusqu'à mercredi, pour cause de jour férié, ce qui a pu accentuer la volatilité à Hongkong, selon un analyste cité par Bloomberg.

Lire aussi: Pourquoi les bourses s’essoufflent

Les incertitudes asiatiques ont plongé la Bourse de Paris dans le rouge lundi matin, l'indice CAC40 reculait de 2,21% à 9h55, selon l'AFP. Vendredi, la cote parisienne avait déjà baissé de 0,79%. Aux alentours de 11h, l'indice des principales valeurs suisses, le SMI, reculait de 1,37% à 11 770 points, tandis que l'Euro Stoxx 50 abandonnait près de 2%, de même que le DAX allemand. A noter toutefois que ce dernier est passé lundi de 30 à 40 valeurs, afin de lui donner davantage de diversité. 

Cette ambiance maussade est également alimentée par des interrogations sur l'évolution de la politique monétaire américaine, alors que la Réserve fédérale se réunit mercredi, et la crainte qu'une partie du gouvernement fédéral américain soit paralysé faute d'un relèvement du plafond de la dette.