Pour la première fois, Evergrande n’est pas parvenu à rembourser ses créanciers, affirme mardi l’agence Bloomberg, au moment où l’État chinois s’invite à la tête du promoteur immobilier ultra-endetté pour éviter une faillite. Poids lourd privé du secteur en Chine, Evergrande croule sous environ 290 milliards d’euros d’endettement.

Le groupe se débat depuis plusieurs mois pour honorer ses paiements d’intérêts et ses livraisons d’appartements. Le 6 novembre, il aurait dû s’acquitter d’un remboursement de 82,5 millions de dollars.

Evergrande disposait d’un délai de grâce d’un mois supplémentaire pour se mettre en règle. L’échéance a pris fin mardi à la mi-journée (heure de Pékin). Selon Bloomberg, plusieurs créanciers étrangers n’ont toujours pas été payés. Cela en ferait le premier défaut de paiement d’Evergrande, qui à ce stade n’a fait aucun commentaire. En septembre déjà, le groupe n’avait pu honorer plusieurs échéances et avait suspendu sa cotation à la Bourse d’Hongkong. Mais Evergrande était parvenu à rembourser ses créanciers avant l’expiration du délai de grâce.

Lire aussi: A Jurong, un méga-complexe d’Evergrande aux airs de ville fantôme

Un durcissement réglementaire

Sûr de sa force financière, Evergrande avait investi ces dernières années dans une multitude de secteurs (tourisme, numérique, assurance santé ou encore voiture électrique), ce qui explique en partie sa dette abyssale. Mais les autorités chinoises, inquiètes du gonflement de la dette dans le secteur immobilier, ont imposé l’an passé des ratios prudentiels aux promoteurs pour réduire leur recours à l’emprunt, un durcissement réglementaire qui a marqué le début des soucis financiers pour Evergrande.

En septembre, la firme avait admis pour la première fois qu’elle ne pourrait peut-être pas honorer tous ses engagements. Et chose rare en Chine, des dizaines de propriétaires lésés, n’ayant pas reçu livraison de leur appartement, avaient manifesté plusieurs jours devant le siège du groupe à Shenzhen (sud). Lundi soir, le promoteur a annoncé la création d’un «comité de gestion des risques» auquel siégeront cinq responsables d’entreprises publiques, et donc indirectement l’État.

Lire également: En Chine, le sauvetage d’Evergrande a discrètement commencé

Marchés rassurés

Ce groupe, composé de sept membres au total, aura pour mission de «réduire et éliminer les risques futurs» pour le promoteur, dont une éventuelle faillite serait la plus grosse jamais enregistrée pour une entreprise chinoise. Jusqu’à présent, le pouvoir communiste n’a pas indiqué s’il comptait ou non voler au secours du groupe privé. Mais il est prêt à jouer un rôle de premier plan pour endiguer la crise, font remarquer plusieurs analystes contactés par l’AFP.

La mesure semble pour l’heure rassurer les marchés: le titre Evergrande a gagné mardi 1% sur la place hongkongaise, après un repli de 14% la veille. Les investisseurs ont également pris note du «soutien» au secteur immobilier clamé lundi par le pouvoir à l’issue d’une réunion présidée par le numéro un Xi Jinping. Trois jours plus tôt, Evergrande avait à nouveau prévenu qu’il pourrait ne pas être en mesure d’honorer ses obligations financières.

Secteur immobilier grippé

L’intervention du pouvoir marque «le début officiel de la restructuration de la dette d’Evergrande», veut croire l’analyste Lu Ting, de la banque d’affaires Nomura. Vendredi, les autorités de la province du Guangdong, où Evergrande a son siège, avaient annoncé dépêcher un groupe de travail à sa tête «pour superviser la gestion des risques de l’entreprise». Cela s’apparente à «une prise de contrôle potentielle d’Evergrande» par les pouvoirs publics, estiment les analystes de la firme Jefferies.

La mauvaise santé d’Evergrande n’est qu’un des symptômes d’un secteur immobilier grippé, avec plusieurs promoteurs dans une situation financière délicate. Kaisa, l’une des entreprises les plus endettées du secteur, devait s’acquitter ce mardi d’un remboursement de 400 millions de dollars dus sur des intérêts d’emprunt. Seulement 27e promoteur chinois en termes de chiffre d’affaires, Kaisa avait averti la semaine dernière qu’il risquait un défaut de paiement.