La finance durable est en train d’échouer. C’est la thèse défendue par un groupe de chercheurs de l’Université de Zurich, sur la base de plusieurs études qu’ils ont menées. Les avoirs gérés de manière durable progressent en Suisse, mais les stratégies d’investissement les plus populaires ne sont pas les plus efficaces pour répondre aux grands enjeux planétaires. Pour deux raisons: les clients sont souvent mal conseillés, par des banquiers peu formés et les véritables objectifs des différentes stratégies restent mal compris.

Les montants gérés de manière durable ont plus que doublé en Suisse au cours des deux dernières années. La finance responsable représente maintenant plus de 1500 milliards de francs sur la place financière suisse (+31% sur un an), selon la dernière étude de Swiss Sustainable Finance (SSF), publiée le 7 juin. La dynamique est donc forte en termes de flux de capitaux et les investisseurs s’orientent davantage vers des stratégies d’investissement plus actives. Que de bonnes nouvelles, donc.