Prévention des accidents

Eviter la souffrance et le chagrin

En Europe, l’accident de la route constitue le risque de décès le plus élevé pour les salariés: 39%. Il s’impose donc que le nombre d’accidents soit diminué. Des programmes de formation sur PC, visant une sécurité plus élevée pour les chauffeurs de véhicules d’entreprise, sont censés y contribuer

Le véhicule d’entreprise est le moyen de déplacement privilégié de la mobilité professionnelle. Même si l’on n’a pas des chiffres précis, on peut tabler sur le fait qu’en Suisse, pour un parc automobile de plus de 5,2 millions de véhicules, bien plus d’un million sont des véhicules d’entreprise, de la petite fourgonnette analogue à la voiture privée jusqu’au poids lourds de 40 tonnes. Bon nombre de salariés parcourent d’immenses trajets à bord de leurs véhicules d’entreprise, parfois plus de 50'000 kilomètres par an. Pour eux comme pour la communauté, c’est un risque élevé. En Europe, avec un taux de 39%, l’accident de la route est le risque de décès le plus élevé pour les salariés. Les accidents impliquant des véhicules d’entreprise peuvent entraîner des effets humains, financiers et juridiques importants et affecter durement la réputation d’une entreprise.

Face à ce risque, beaucoup d’entreprises ont développé des concepts exhaustifs de sécurité routière, au centre desquels figure l’idée que le conducteur, avec ses capacités, soit plus sûr dans le trafic routier. Car l’employé du service externe typique est le plus souvent seul dans son véhicule, en général dans tous le pays ou, du moins, dans de vastes régions. Du coup, pour des problèmes organisationnels, il est difficile pour l’entreprise de tester régulièrement les aptitudes du conducteur.

Alors que l’on recourt souvent à des cours de conduite, les technologies modernes de l’information proposent de nouvelles opportunités : l’entraînement à la conduite en ligne. Fleetcompetence Europe SàRL, à Rebstein (SG), mise sur une telle plateforme d’entraînement dans le cadre de ses conseils en matière de gestion du risque pour les flottes de véhicules d’entreprise. Le site est entièrement basé sur le web, de sorte que l’entraînement peut se dérouler en tout temps et en tout lieu.

Reconnaître et éviter

Le programme d’entraînement se fonde sur une combinaison de séquences vidéo en temps réel qui reflètent des situations quotidiennes du trafic routier et divers modules d’information et tests auxquels le conducteur doit se soumettre. Tous les éléments sont focalisés sur la reconnaissance et l’évitement des risques dans la circulation et sur un style de conduite défensif.

Le module d’entraînement s’articule en deux phases. La première teste l’aptitude du conducteur à reconnaître les risques dans le trafic ordinaire. Ce test comporte vingt scénarios de circulation réels ainsi que vingt-huit questions à choix multiples ayant trait à une utilisation sûre du véhicule. Les scénarios sont faits de séquences filmées qui reflètent d’authentiques situations de trafic. L’objectif de ces tests en amont est d’identifier les éléments à haut risque dans une flotte. On y analyse l’’aptitude de tous les conducteurs de véhicules d’entreprise à reconnaître une situation dangereuse et à réagir de manière appropriée.

L’évaluation de l’aptitude à percevoir les risques dans le trafic routier concerne six domaines clés :

- zones de danger

- autres conducteurs

- capacité de perception

- maîtrise de la distance entre véhicules

- maîtrise de la vitesse

- comportement général.

On reconnaît et catégorise ainsi le potentiel de chaque conducteur et on propose par conséquent des formations spécifiques pour minimiser les risques possibles.

Entraîner une conduite défensive

Ce processus conduit à une seconde phase : l’entraînement à la conduite défensive. En se fondant sur les résultats de la première phase, un programme individualisé est proposé à chaque conducteur, dont les accents sont choisis au sein de 21 situations. La mise sur pied du programme d’entraînement se fait en trois étapes et un test:

- compréhension du problème

- communication des données et des faits

- visionnement de séquences filmées sur le problème

- test.

Ce n’est que si une des étapes se conclut avec succès que l’on donne le branle à la suivante. Pour compléter, les entreprises peuvent inclure dans l’entraînement les tests de leur « car policy » et de leur règlement sur l’usage des véhicules d’entreprise, afin de tenir compte des données spécifiques à l’entreprise.

Ce type d’entraînement en ligne confère à l’entreprise un excellent outil pour affiner les compétences de chacun de ses conducteurs, de façon que ce dernier accomplisse ses tâches en toute sécurité et que l’entreprise honore sa responsabilité envers son collaborateur. On a là un fondement solide pour un programme de soutien aux collaborateurs chargés de parcourir tous les jours des centaines de kilomètres pour leur employeur.

Programme utilisable partout

Pour les entreprises qui exploitent des flottes de véhicules dans plusieurs pays, le concept présente l’avantage supplémentaire d’une formation unifiée, pilotée depuis la centrale, qui tient compte néanmoins des conditions locales. Car ce programme est disponible pour 70 pays et dans une centaine de langues. Pour beaucoup d’entreprises multinationales, il constitue donc un élément essentiel de leur politique de sécurité. C’est évident: le concept soutient la responsabilité de l’entreprise envers ses collaborateurs et la communauté en prévenant les accidents. Et il peut réduire les coûts. Il vaut donc doublement la peine de mettre en œuvre une telle stratégie.

*Managing Partner, Fleetcompetence Europe SàRL, Rebstein (SG)

Publicité