«Vous êtes au bord du gouffre.» De deux sources concordantes, c’est par ces mots, le 9 avril 2016, qu’Alvaro Piris, le représentant du Fonds monétaire international (FMI) au Liban, ouvre la discussion avec le gouverneur de la banque centrale, Riad Salamé, dans une réunion qui comprend d’autres émissaires du FMI et d’autres cadres de la Banque du Liban. Tous sont penchés sur un audit dévastateur, dont Le Temps s’est procuré une copie.